CANNESERIES 2022 : découvrez les séries en compétition et le jury de la cinquième édition

Posté par La Rédaction CANAL+ le 28 mars 2022

Pour la cinquième année consécutive, le festival CANNESERIES célèbrera la télévision et ses programmes de fiction du 1er au 6 avril. Un événement très attendu, entre rencontres, projections en avant-première et cadre idyllique, qui fera donc la part belle aux vedettes du petit écran. Focus sur le jury 2022, ainsi que sur la compétition officielle.

Croisette, soleil, plages et tapis rose, CANNESERIES s’apprête à lancer sa cinquième édition en ce vendredi 1er avril. Une nouvelle saison de festivités et de découvertes, pendant laquelle les meilleures séries du monde entier vont être mises à l’honneur. Pour cela, le festival accueille cette année un nouveau jury présidé par Fanny Herrero, créatrice de Dix pour cent et Drôle, et qui sera composé de la comédienne Anne Marivin (Rebecca, Dix pour cent), l’acteur américain Denis O’Hare (American Horror Story), l’acteur américano-islandais Ólafur Darri Ólafsson (Trapped), l’acteur français Sami Outalbali (Sex Education) et le compositeur britannique Daniel Pemberton (Dark Crystal : le temps de la résistance). Le jury des séries courtes sera, quant à lui, présidé par l’auteur britannique Anthony Horowitz (Alex Rider), qui sera accompagné par l’actrice anglaise Chinenye Ezeudu (Sex Education) et le comédien français Marc Ruchmann (Plan coeur). Tous auront donc la lourde tâche de départager les pépites en compétition, afin de récompenser les plus exaltantes à l’issue du festival. 

 

1985

Série belge créée par Willem Wallyn, 1985 s’intéresse à l’affaire des tueurs du Brabant, qui avait fait couler beaucoup d’encre dans les années 1980. Le programme suit ainsi trois jeunes - Vicky, son frère Francky et son meilleur ami Marc - qui partent s’installer à Bruxelles. Tandis qu’ils se lancent à peine dans la vie d’adulte et entament difficilement leur carrière, ils vont se retrouver plongés au milieu de ces tragiques évènements, qui ont traumatisé le pays entier. En 8 épisodes de 50 minutes, le programme explore donc cette vague de célèbres crimes non résolus par le prisme de trois jeunes personnages, dont l’innocence et la candeur vont être confrontées à l’innommable avec fracas.

 

Afterglow

Tout droit venue de Norvège, Afterglow raconte l’histoire d’Ester, une mère de famille adorée de tous, qui va voir sa vie basculer lorsqu’on lui diagnostique un cancer. Du jour au lendemain, le monde vacille autour d’elle. Il ne s’agit plus d’envisager l’avenir, mais plutôt d’enchaîner les rendez-vous médicaux et d’accepter l’idée que la mort est proche. Cependant, face au drame et à l’inévitable, Ester préfère répondre par la bonne humeur et l’amour. Elle veut faire de ses derniers instants des souvenirs incroyables et va donc vivre le plus intensément possible auprès de ses êtres chers. Composée de 7 épisodes de 40 minutes, le programme imaginé par Kjetil Indregard et Mads Løken est une tendre ode à l’existence et à tous ses petits plaisirs auxquels on ne prête pas toujours l’attention que l’on devrait.

 

Audrey est revenue

Il y a 16 ans, Audrey a été retrouvée inconsciente sur la route d’un petit village et a passé de très longues années dans le coma. Un temps infini même, jusqu’à ce qu’un beau jour, la jeune femme ouvre à nouveau les yeux. Perdue dans ce monde qu’elle ne reconnaît plus, elle doit réapprendre à vivre et tenter de comprendre ce qui lui est arrivé ce fameux jour, lorsqu’elle avait 17 ans. Un long chemin, plein de doutes et de souffrance, qu’elle va heureusement pouvoir faire avec le soutien de ses proches. Divisée en 10 épisodes de 24 minutes, cette série canadienne aborde ainsi le handicap avec beaucoup de tendresse et offre le portrait d’une famille terriblement sympathique et attachante.

 

Bang Bang Baby

Petit bijou italien, Bang Bang Baby met en scène Arianna Becheroni dans une aventure entre mafia, famille et quête de soi. L’histoire se déroule en 1986, où Alice Giammatteo, une jeune fille de 16 ans vit tranquillement avec sa mère dans une ville où il ne se passe pas grand chose. Mais alors qu’elle croyait son père mort depuis longtemps, l’adolescente découvre qu’il est encore en vie et habite à Milan. Désireuse de le retrouver, elle part à sa rencontre et va faire la connaissance de toute une famille dont elle ignorait l’existence : les Barones. Une branche de la mafia dirigée d’une main de fer par sa grand-mère Nonna Lina, qu’Alice va rejoindre petit à petit par amour pour son père. Créée par Andrea Di Stefano, Sebastiano Melloni et Valentina Gaddi, la série compte 10 épisodes de 50 minutes.

 

El Inmortal

Composée de 8 épisodes de 50 minutes, El Inmortal suit les péripéties de Jose Antonio, un caïd madrilène, qui sème la terreur en Espagne. Devenu l’un des plus puissants trafiquants de drogue d’Europe, ce dernier est régulièrement victime de tentatives d’assassinat et pourtant, il s’en sort toujours. Inspirée de son véritable parcours, la série espagnole de Diego Sotelo et David Moreno propose donc une immersion au cœur de ce milieu de tous les dangers où lui est parvenu à forger sa propre légende. 

 

Jeux d’influence, les combattantes

Portée par Alix Poisson, Laurent Stocker de la Comédie-Française, Pierre Perrier, Marilou Aussilloux, Pascal Elbé et Jean-François Sivadier, cette série de Antoine Lacomblez, Jean-Xavier de Lestrade et Séverine Werba est centrée sur la spirale infernale que constituent les politiques, les lobbys, les activistes et les médias. On y retrouve donc un ministre de l’agriculture confronté à un scandale sanitaire, qui va rapidement se retrouver pris entre deux feux, coincé entre les lobbyistes et les victimes. Un programme d’actualité donc, qui se déroule sur 6 épisodes de 55 minutes.

 

Punishment

Inspirée par les histoires courtes de Ferdinand von Schirach, Punishment est une série d’anthologie allemande composée de six épisodes d’une heure, réalisée par six réalisateurs différents. Lors du festival, deux épisodes seront présentés aux spectateurs, à savoir The Thorn de Hüseyin Tabak et The Diver d’Olivier Hirschbiegel. Le premier s’intéresse à un gardien de musée qui s’éprend d’une statue de marbre, tandis que le second nous plonge dans une petite ville de Bavière gangrénée par un fétichisme inhabituel.

 

Souls

Autre série allemande, Souls propose un mélange de drame et de fantastique, où le réel se mélange au surnaturel. Tout commence à Stockholm, où Allie, une jeune femme enceinte tente de dissuader son mari pilote d’avion d’embarquer pour un vol. A Berlin, une jeune fille de 25 ans, Linn, rejoint une secte dont les membres croient à une vie après la mort. Pendant ce temps, Hanna se réveille dans un hôpital dans une autre ville d’Allemagne après un accident mystérieux. Comment son fils de 14 ans a-t-il pu les sauver tous les deux de la noyade ? Elle ne comprend pas. Plusieurs jours après, ce dernier va alors affirmer avoir des réminiscences d’une vie antérieure dans laquelle il était le pilote d’un avion disparu. Un phénomène étrange, qui va pourtant changer l’existence de ces trois femmes. Écrite par Alex Eslam, Lisa Van Brakel, Senad Halilbasic et Erol Ye Yesilkaya, la série compte 8 épisodes de 45 minutes. 

 

The Dreamer - Becoming Karen Blixen

Créée par Dunja Gry Jensen, The Dreamer - Becoming Karen Blixen raconte l’histoire de la célèbre femme de lettres danoise, qui après 17 ans passés au Kenya a décidé de bouleverser son existence pour se révéler en tant qu’artiste. Femme pleine de rêves et d’ambitions dans la société des années 30, cette dernière va tout faire pour s’émanciper et retrouver sa liberté afin de vivre pleinement sa passion et aller au bout de ses envies. Portée par Connie Nielsen, cette série danoise se divise en six épisodes de 45 minutes.

 

The Lesson

Série israélienne de Deakla Keydar, The Lesson se découpe en six épisodes de 40 minutes centrés sur une conversation entre un enseignant de 43 ans et une lycéenne de 17 ans. Alors que leurs avis divergent sur une question politique, la discussion va prendre une allure de conflit qui va dépasser la salle de classe et devenir totalement hors de contrôle. Une manière de montrer la vitesse à laquelle un affrontement d’opinion peut partir à la dérive, notamment après avoir été détourné par les réseaux sociaux et les médias.