Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

De Jack Bauer à Carrie Mathison, nos meilleurs agents secrets en série

Posté par Alexis Lebrun le 28 Mai 2020
La lutte contre le terrorisme a inspiré certaines des séries les plus marquantes des vingt dernières années, mais elle a aussi accouché de personnages pas comme les autres : des agents anti-terroristes, des espions, des « clandestins » du renseignement qui ont souvent pour point commun de rarement respecter les règles et la hiérarchie. Voici quelques-uns de nos préférés.
Jack Bauer (24 Heures chrono)

Sans ce bon vieux Jack, le monde des séries ne serait pas le même aujourd’hui. Avec une floppée de tics de langage (DAMMIT!, copy that, NOW!) devenus culte, le héros de la série en temps-réel de la Fox est aujourd’hui une icône de la télévision, et il le mérite largement. Cet agent anti-terroriste capable de passer 24 heures de suite sans boire ni aller aux toilettes représente l’essence du sacrifice pour une cause supérieure. Au fil des saisons, on ne compte plus le nombre de fois où Jack a voulu donner sa vie comme monnaie d’échange pour sauver les autres, sans compter ses arrêts cardiaques où il se ressuscite quasiment lui-même.

Il a tout perdu au profit de sa mission, y compris sa santé, sa famille et ses amis, car Jack Bauer incarne la figure excessive du héros américain à son paroxysme. Il n’hésite pas à recourir à la torture pour empêcher des attentats, et il n’a pas peur non plus de risquer sa carrière pour sauver le monde. Jack a été viré un nombre incalculable de fois, et il est toujours revenu pour nous sauver la mise, car il n’est pas seulement unique, il est aussi immortel.

Carrie Mathison (Homeland)

Après avoir évoqué Jack Bauer, il est impossible de ne pas enchaîner avec celle qui a toujours été considérée comme son héritière directe. Au premier abord, ces comparaisons permanentes entre les deux personnages peuvent se comprendre : Carrie est une héroïne effrontée, imprévisible et souvent inconsciente qui n’hésite pas à transgresser les règles et à se mettre en danger, y compris vis-à-vis de sa hiérarchie à la CIA. Et cela paraît évident aujourd’hui, mais quand elle a débarqué en 2011, un an après la retraite de Jack, Carrie était une révolution pour la télévision en tant que femme agent qui n’a rien à envier à ses collègues masculins.

Elle résout des conspirations terroristes avec le même talent que Jack, en incarnant une version un peu plus réfléchie de l’agent anti-terroriste, là où Jack Bauer brillait surtout dans le feu de l’action. Elle est aussi infiniment plus fine psychologiquement avec ses interlocuteurs pour parvenir à ses fins, et ses failles intimes sont également plus directement assumées : Carrie lutte contre sa bipolarité et sa paranoïa avec un cocktail de médicaments, et sa vie personnelle est aussi loin d’être une partie de plaisir. Elle vient de nous quitter, et on la regrette déjà.

Malotru (Le Bureau des Légendes)

Grâce à la série d’Eric Rochant, les agents secrets mémorables ne sont plus réservés aux séries américaines. Il était donc obligatoire de citer Guillaume Debailly, le fameux « Malotru » du Bureau des Légendes. Après avoir passé six ans en Syrie sous une identité factice pour nouer des liens et trouver des sources, cet agent du renseignement soudainement de retour à Paris a bien du mal à couper le contact avec son amour rencontré sur place, et commence à jouer à un jeu dangereux avec un manque de respect flagrant des règles élémentaires de son métier.

Au fil des saisons, Malotru va s’imposer comme un agent aussi incontrôlable qu’indispensable, car malgré ses casseroles et ses relations plus que tendues avec la hiérarchie, on finit toujours par le retrouver. Comme pour Jack, la détention dans des pays très dangereux est quasiment son quotidien, et il faut dire aussi que comme Carrie, il est bien aidé par son talent unique pour ce travail très particulier. Un vrai héros français.

Martin Kurtz (The Little Drummer Girl)

On termine avec un outsider qui se démarque par son originalité. Martin Kurtz est un agent israélien du Mossad qui met sur pied une opération anti-terroriste visant à éliminer un groupuscule palestinien commettant des attentats contre les juifs en Europe. Se considérant comme un véritable artiste, il imagine un plan tordu consistant à recruter une jeune actrice anglaise d’extrême-gauche pour infiltrer le groupe terroriste et le mettre hors d’état de nuire.

Avec son style délicieusement caricatural des 70’s, incluant grosse moustache et grosses montures de lunettes, Kurtz est un personnage à part qui se distingue aussi avec un accent à couper au couteau et une histoire personnelle tragique liée à la Shoah. Plutôt antipathique en apparence, il se révèle en réalité assez humain, tout en faisant preuve d’une finesse à l’opposé des méthodes plus brutales des agents généralement représentés dans les séries.

24 Heures chrono saisons 1 à 9 et 24 Heures : Legacy sur FOX Play, disponible avec CANAL+, Homeland saisons 1 à 7 sur Netflix et saison 8 sur CANAL+, Le Bureau des Légendes saisons 1 à 5 sur CANAL+, The Little Drummer Girl épisodes 1 à 6 sur CANAL+.