Eh oui, H.G. Wells avait vu juste avant tout le monde (sauf pour l’attaque de Martiens, pour l’instant)

Le papa de La Guerre des mondes (dont l’adaptation de Howard Overman est déjà disponible sur myCANAL) était un écrivain visionnaire. Mais pas seulement.

Il a imaginé le voyage dans l’espace, la guerre nucléaire, la télévision satellite et même ce qui ressemble à Internet…

Écrivain visionnaire, Herbert George Wells, bien que né en 1866, a souvent vu juste à propos du futur (jusque dans les tapis roulants qui constellent nos aéroports, dans son bien nommé Anticipations).

Il faut dire que l’auteur britannique, considéré comme le pionnier de la SF, a pu s’appuyer sur son expérience de scientifique pour écrire ses œuvres.
 

Né dans une famille assez désargentée, ce jeune homme à la santé fragile passe son temps le nez dans les livres.

Apprenti drapier (à son grand désespoir), il finit par se faire renvoyer et en profite pour devenir assistant-enseignant.

À 18 ans, il obtient une bourse pour la Normal School of Science et étudie auprès du « bouledogue de Darwin », le biologiste Thomas Henry Huxley, qui aura une influence décisive sur ses écrits.

Tout comme la conscience sociale aigue de cet étudiant révolté qui, après avoir perdu sa bourse, se voit comme une victime du système. 
 

Sans le sou, il est alors accueilli par sa tante (et finit par épouser sa cousine). Devenu enseignant, il trouve néanmoins le temps d’écrire. Des romans : La Machine à explorer le temps, L’Île du docteur Moreau, L’Homme invisible, La Guerre des mondes (dont l'adaptation radio défraya la chronique et qui ne cesse d'inspirer la fiction)…

Mais aussi des essais, comme Anticipations (1901), son premier best-seller. Loin de se cantonner à la science-fiction, il signe aussi des romans comiques défendant les classes prolétaires.

Devenu célèbre, il profite de sa notoriété pour dépeindre un monde idéal, écrivant de nombreuses utopies (dans lesquelles ce divorcé et remarié, aux nombreuses liaisons avec des romancières, chante les louanges de l’amour libre). 
 

Pacifiste, l’écrivain rêve d’un « État mondial », ordonné et sans guerre, où chacun trouve sa place et soit éduqué.

Il rencontre ou correspond avec les grandes figures de son temps : Churchill, Lénine et Staline, Einstein, Freud… Bien plus qu’un écrivain, ce socialiste est perçu comme un intellectuel par ses contemporains. 

Mais aujourd’hui, on se souvient surtout de Wells pour son travail de science-fiction.

Et pour avoir été le premier à s’inquiéter des répercussions que pourraient avoir notre course folle vers le progrès technologique. Un sujet on ne peut plus actuel – et peut-être aussi flippant qu’une éventuelle attaque extraterrestre.
 

La Guerre des mondes, Création Originale, 8 x 52 minutes, disponible sur myCANAL.