Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Hippocrate : dans la saison 2, les internes ont bien grandi

Dans Hippocrate, saison 2 (dès maintenant sur CANAL+), Création Originale de Thomas Lilti, les internes prennent davantage confiance en eux.

Au début de la saison 1, on avait fait la connaissance de jeunes internes encore novices, parfois un peu gauches et gaffeurs. Alyson Lévêque avait commis une erreur médicale, et Hugo Wagner (Zacharie Chasseriaud), une erreur d’appréciation.

De graves bourdes qui, mêlées à d’autres, avaient conduit à la mort d’une patiente. Face aux difficultés, Alyson avait même voulu être transférée vers un autre stage (avant de changer d’avis).

Au fil des jours, ces deux internes ont été forcés de prendre de l’assurance. L’expérience, difficile, vécue en saison 1 (travailler sans médecins titulaires, absents car en quarantaine), a apparemment été formatrice. Dans la saison 2, ils se montrent plus sereins, plus matures, plus à même de prendre en charge les patients.

Aiguillée par le docteur Olivier Brun (Bouli Lanners), nouveau chef des urgences, qui la prend sous son aile, Alyson apprend des gestes techniques compliqués. Avec lui, elle se sent en confiance, et évolue comme un poisson dans l’eau dans le service – très exigeant – des urgences.

Alors qu’elle était plus hésitante en saison 1, on dirait qu’elle a parfaitement trouvé sa place ici. Même si elle se laisse parfois un peu déborder par ses émotions, face à des patients en souffrance.

Son collègue Hugo semble moins à l’aise aux urgences, mais montre toujours autant d’empathie envers les patients. Lui aussi se laisse parfois surprendre, comme lorsqu’il voit une blessure très impressionnante qui le fait flancher, mais tente de garder la tête froide.

Surtout avec sa mère, le docteur Muriel Wagner (Anne Consigny). Pas évident de travailler avec l’un de ses parents à l’hôpital, surtout quand celle-ci est connue comme le loup blanc, et pas vraiment commode. Face à elle, Hugo va tenter de s’émanciper, la remettant en cause quand elle est injuste. En définitive, le jeune homme va s’avérer, pour les urgences, une aide très précieuse.

Chloé Antovska (Louise Bourgoin), elle, n’est pas du tout dans la même situation qu’Alyson et Hugo. Après son accident à la fin de la saison 1, on la retrouve diminuée. Elle qui était si douée et si sûre d’elle doit désormais exercer avec un seul bras valide, ce qui n’a rien d’évident.

Peu à peu, elle apprend à travailler autrement, en se faisant parfois aider. Pourtant, la jeune femme, qui craignait devoir renoncer à son rêve de devenir médecin, prend son mal en patience et s’adapte au fil des jours.

L’adaptation, c’est d’ailleurs le maître mot de tous les internes d’Hippocrate. Dans cette saison 2, ils sont mis à l’épreuve comme jamais, forcés de travailler dans un hôpital asphyxié, en manque criant de moyens. Et forcés de grandir.

Une évolution que l’on peut suivre en temps réel, à travers les émotions, complexes et changeantes, de ces personnages définitivement attachants.

Hippocrate 2, Création Originale, 8 épisodes de 50 minutes, disponibles dès maintenant sur CANAL+.