KAMIKAZE, une ode survoltée à la vie

Posté par Marc Larcher le 7 mars 2022
Quand Julie, post-ado jusque-là gâtée par la vie, devient orpheline, elle entame un long voyage autour du monde. Cette série spectaculaire affronte tous les sujets tabous et montre comment une jeune fille donne un nouveau sens à son existence
Une jeune fille face à la mort

Oh la bonne idée ! Quoi de mieux pour décrire les questionnements qui traversent l’esprit de la jeunesse et les contradictions de l’époque que de raconter comment réagit une jeune femme confrontée du jour au lendemain au deuil mais aussi à une liberté totale. C’est le parti-pris de l’étonnante série danoise « Kamikaze » diffusée sur CANAL+. En un mot, le jour de ses 18 ans, Julie reçoit un SMS de son père. Quelques secondes plus tard, ses parents et son grand frère sont tués dans un accident d’avion. Livrée à elle-même dans leur immense manoir – elle est née dans une famille très riche -, la jeune femme se découvre incapable de faire son deuil ni de surmonter l’injustice qui la frappe. Pour répondre autant que se débarrasser des questions qui l’assaillent : pourquoi a-t-elle survécu ? Que peut-elle faire de sa vie désormais ? Quel sens y donner ? Faut-il tout arrêter ou au contraire tenter de rebondir ?, elle s’embarque dans un périlleux voyage qui l’emmène du Danemark aux quatre coins du monde.

Un brillant récit multicartes

En s’inspirant du roman "Muléum" de l’écrivain et scénariste Erlend Loe, « Kamikaze » a déniché un condensé de tous les genres de récits les plus attractifs. L’aventure ? Julie part aux quatre coins du monde et met littéralement sa vie en jeu. Le voyage initiatique ? La jeune femme découvre en testant ses limites autant son identité que la violence du monde qui l’entoure. Le pamphlet ? La critique de la vacuité du « monde d’avant » dans lequel se complaisait Julie, passant ses journées à faire des selfies pour impressionner ses copines, fait mouche. Le conte philosophique ? Comme tous les héros mythiques, Julie se transforme mentalement et physiquement. En se rasant la tête, on la voit notamment franchir une importante étape symbolique vers sa nouvelle vie. Peu à peu, sa silhouette change et se rapproche de plus en plus de celle de l’actrice Charlize Theron dans « Mad Max Fury Road ». Le film d’action ? Ne la voit-on pas tenter de piloter un avion sur le point de s’écraser dans le désert ? En un mot, « Kamikaze » coche toutes les cases et s’en sort haut la main.

Trouver un nouveau sens à sa vie

Surtout, avec cette saison de huit épisodes, la série parvient à réconcilier deux genres a priori antithétiques : le récit cool pour les jeunes et une histoire universelle de deuil. Car derrière des séquences hilarantes, des images osées filmées comme un clip branché – il y a même des passages en animation -, c’est bien la mort, celle qui frappe les innocents, celle qu’il faut surmonter pour retrouver un sens à sa vie, qui est le véritable le sujet de la série. Le pari était donc particulièrement osé et grâce à l’interprétation toute en intensité de l’actrice Marie Reuther, il est plus que rempli. Enfin, « Kamikaze » est également un hymne aux rencontres car le destin de Julie va rebondir d’épisode en épisode au gré des hommes et des femmes dont elle croise la route. Ami, amant, conseiller, menace, ennemi…, c’est en fonction d’eux qu’elle va choisir les destinations de son périple et retrouver un sens à sa vie. Ainsi, si on a jusqu’à présent l’image d’un kamikaze comme celle d’un être solitaire qui affronte la mort seul contre tous, ce sera peut-être grâce à cette série, le contraire qui va s’imposer : l’image d’un individu qui grâce au collectif reprend goût à la vie. Seul mais avec tous.

Retrouvez Kamikaze à partir du 16 mars seulement sur CANAL+.