Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

L’Immortale : avant la saison 5 de Gomorra, le film événement sur Ciro

Posté par Alexis Lebrun le 8 novembre 2021
L’attente est presque terminée. Dans quelques jours, CANAL+ va diffuser la cinquième saison tant attendue de Gomorra. Mais en attendant de retrouver Gennaro, le public français va enfin pouvoir découvrir sur la chaîne le film L’Immortale, qui revient sur l’enfance de Ciro et explique ce qui lui est arrivé après le final choc de la saison 3.
« Personne ne peut tuer l’Immortel »

C’est l’une des premières répliques du film, et elle est signée du parrain Don Aniello, qui cache Ciro après son sauvetage in extremis par des pêcheurs. L’Immortale exauce en effet le vœu de beaucoup de fans de Gomorra : Ciro Di Marzio n’est finalement pas mort à la fin de la saison 3, après avoir pourtant été flingué à bout portant par Gennaro. Mais comme tous les fans de séries le savent, un personnage de fiction peut toujours être ressuscité.

Après un petit tour à l’hosto, Ciro est donc envoyé incognito en Lettonie, où il va avoir maille à partir avec un parrain de la mafia russe en guerre avec des gangs du coin qui se battent pour leur indépendance. Sur place, il retrouve une vieille connaissance qui remonte à son enfance (on y revient après) et pourrait bien tisser quelques liens, mais il est toujours hanté par la mort de sa fille (Maria Rita). N’ayant plus rien à perdre, « L’Immortel » est d’autant plus redoutable pour ses ennemis. Sans vous spoiler la fin du film, on peut dire qu’il s’achève sur un cliffhanger qui met l’eau à la bouche en prévision du retour de Ciro dans la saison 5 de Gomorra.

Naissance d’un surnom

Généreux sur sa durée (près de deux heures), le film alterne entre deux temporalités, puisqu’il raconte aussi à travers des flashbacks bien chiadés l’enfance napolitaine désœuvrée de Ciro, du tremblement de terre très meurtrier qui a frappé Naples en 1980 quand il était bébé, à ses larcins commis avec d’autres orphelins, pris sous l’aile d’un jeune criminel plein d’ambition, Bruno. Avec ce mentor, Ciro vit de premières aventures grisantes dans les rues de Naples, mais il apprend vite à ses dépens qu’il vaut mieux éviter de se frotter aux parrains de la mafia locale.

Sans en dévoiler davantage, il faut préciser que Bruno est celui que Ciro retrouve à Riga en Lettonie trente ans plus tard, pour une raison qui est dévoilée à la fin du film. Outre le fait qu’ils sont joliment réalisés et très satisfaisants pour les nombreux fans désireux d’en apprendre plus sur les jeunes années de Ciro, ces flashbacks permettent aussi de comprendre comment il finit par intégrer la famille de Don Pietro Savastano alors qu’il n’est encore qu’un petit garçon, certes précédé d’une réputation flatteuse forgée presque dès sa naissance : celle d’être immortel.

Le premier film réalisé par Marco D'Amore

Forcément très attendu en Italie, L’Immortale a rencontré un beau succès au box-office transalpin à sa sortie en fin d’année 2019. Pour l’occasion, l’acteur qui incarne Ciro est passé pour la première fois derrière la caméra, et cette première réalisation réussie a été remarquée par l’équivalent des César en Italie, puisque le film a été nommé par l’Académie du cinéma italien pour le David di Donatello du meilleur réalisateur débutant.

Marco D'Amore a aussi mis la main au scénario de L’Immortale, qui – cocorico – a été tourné en partie chez nous, entre Avignon, Marseille, Paris et le Vaucluse. Un clin d’œil que les fans français très nombreux de Ciro et de Gomorra apprécieront peut-être presque autant que le film lui-même.

L’Immortale, disponible à partir du 11 novembre sur CANAL+.