Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Shadowplay : partir à la chasse aux nazis, ça vous dit ?

Posté par Alexis Lebrun le 20 août 2021
Présentée en avant-première mondiale au Festival Canneséries, ce thriller historique se paye le luxe de décors d’après-guerre et d’un casting international à la hauteur de ses ambitions, le tout sous la houlette d’un maître du polar scandinave. Alors, Shadowplay peut-elle être l’une des bonnes surprises de l’automne des séries ?
Berlin, 1946 : le jour d’après

La fiction a largement surexploité la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide, mais beaucoup moins la période qui se situe entre les deux et qui est pourtant assez fascinante d’un point de vue historique. Ça tombe bien, Shadowplay a justement choisi pour cadre le Berlin dévasté de l’après-guerre, découpé en quatre zones d’occupation confiées à la France, la Grande-Bretagne, l’URSS et les Etats-Unis. C’est dans ce bourbier qu’est envoyé le héros de la série, Max McLaughlin, un flic de Brooklyn à la tête d’une unité de police locale dont la mission est de mettre hors d’état de nuire le Al Capone du coin, un mafieux nommé Engelmacher qui se distingue par une ribambelle de pratiques toutes plus détestables les unes que les autres.

Parallèlement à cela, Max est à la recherche de son frère, qui a déserté et dont on dit qu’il est maintenant un impitoyable chasseur de nazis. Et comme ces derniers sont encore nombreux à l’époque, il tente de recruter son frère pour l’aider dans sa mission sanglante (ils partagent un trauma d'enfance, mais ils y ont réagi très différemment). Enfin, il faut ajouter à ces deux couches de scénario un complot qui se trame en secret et dont les enjeux dépassent grandement Max. Shadowplay propose donc un programme riche en rebondissements pour ces huit premiers épisodes, avant une deuxième partie qui devrait en compter autant et qui est en cours de production.

Michael C. Hall de retour, et avec une moustache

On le sait maintenant depuis quelques semaines : l’interprète de Dexter va reprendre son rôle de tueur en série pour une saison 9, annoncée à la surprise générale par la chaîne Showtime. En attendant son arrivée programmée l’année prochaine, et si Michael C. Hall vous manque vraiment trop, Shadowplay arrive à point nommé. L’acteur américain y incarne un certain Tom Franklin, un personnage trouble de vice-consul américain qui semble jouer un double-jeu à Berlin. Il est le patron du personnage principal, qui est joué par un autre visage connu, le canadien Taylor Kitsch, connu pour son rôle dans la saison 2 de True Detective, et surtout pour sa prestation dans le film HBO sur la crise du sida au début des années 1980 à New York : The Normal Heart (disponible sur OCS).

Son frère est interprété par un autre habitué de la télévision : Logan Marshall-Green (Traveler, Dark Blue, Quarry, Damnation). On retrouve également avec grand plaisir la britannique Tuppence Middleton, dont la carrière a décollé grâce au rôle de Riley Blue dans la série Sense8 des sœurs Wachowski, et qui joue la femme de Tom Franklin. Enfin, côté allemand, il faudra aussi compter sur deux anciens de Homeland : Nina Hoss et Sebastian Koch. La première incarne une policière haut placée à Berlin, alors que le deuxième est parfait dans la peau du grand méchant de la série.

Le retour de Måns Mårlind

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais ce suédois s’est taillé une solide réputation ces dernières années en créant notamment en 2011 la série policière suédo-danoise Bron (The Bridge), qui a connu un succès public et critique mondial, au point d’être adaptée avec succès en 2013 aux Etats-Unis dans une version avec Diane Kruger. En 2016, Mårlind a aussi offert à la France son propre « scandi noir » avec Jour polaire, Création Originale Canal+ réussie avec Leïla Bekhti.

Après également quelques expériences au cinéma, le Suédois fait donc son retour à la télévision avec un nouveau projet d’envergure. Sur Shadowplay, il cumule les casquettes de créateur, de showrunner, de scénariste et de réalisateur, et ce pour une raison simple : il est passionné par la période dans laquelle la série prend place. Espérons que Shadowplay permettra de rendre cette passion contagieuse.

Shadowplay épisodes 1 à 8, le 2 septembre sur CANAL+.