Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

U.S. PGA Championship : Un Majeur tout sauf mineur

Posté par Fédération française de Golf

Souvent considéré comme le moins prestigieux des quatre tournois du Grand Chelem masculin, l'USPGA est pourtant, au même titre que les trois autres, un monument vivant à la gloire du golf.

Il n'a ni le privilège de l'ancienneté, ni la légitimité de la nationalité, ni le prestige de l'exclusivité. Il ne se joue pas sur un links, ne se pose pas en test de golf suprême, ne cultive pas la tradition d'un parcours manucuré comme le jardin d'Éden. Non, l'U.S. PGA Championship n'est rien de tout ça, et il n'en souffre pas, car il ne se définit pas par rapport au British Open, à l'U.S. Open ou au Masters. Il est un Majeur, point. Et pas le quatrième, mais l'un des quatre... Souvent considéré comme le parent pauvre des quatre levées du Grand Chelem – « the minor major », disent les Anglo-Saxons – le tournoi a pourtant bel et bien une identité propre forgée au fil des décennies, et sa légende continue à s'écrire à chaque édition. « Je ne pense pas qu'il y ait un seul joueur qui dira qu'il ne veut pas gagner cette semaine », résume Victor Perez, qui le dispute pour la deuxième année d'affilée. « C'est un énorme tournoi, avec un super champ de joueurs, sur un très gros parcours. » Effectivement : avec 11 millions de dollars de dotation (en 2020, le chiffre de cette année n'a pas encore été dévoilé), 99 des 100 meilleurs joueurs du monde au départ, et un parcours qui avait enregistré le deuxième score moyen le plus haut dans l'histoire des Majeurs (78,1 le samedi lors de l'édition 2012), tous les ingrédients évoqués par le Français sont bel et bien là.

Lire la suite de l'article sur