Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

MILLÉNIUM : Noomi Rapace est-elle la meilleure Lisbeth Salander ?

Posté par Alexis Lebrun le 29 janvier 2021
10 ans après la folie MILLÉNIUM, les romans de Stieg Larsson tout comme leurs adaptations au cinéma n’ont rien perdu de leur force, et les thèmes qu’ils abordent n’ont jamais été autant d’actualité. Les versions suédoises permettent en outre de redécouvrir le rôle qui a fait de Noomi Rapace une star internationale.
Les hommes qui n'aimaient pas les femmes

Souvenez-vous, nous étions à la fin des années 2000, et une trilogie de romans suédois s’écoulait à des dizaines de millions d’exemplaires, se transformant en phénomène littéraire mondial : MILLÉNIUM. On ne parle alors que d’une héroïne tourmentée par son passé nommée Lisbeth Salander. Hackeuse et enquêtrice surdouée, elle est habillée en noir de la tête aux pieds avec une ribambelle de piercings et de tatouages. Imaginée par l’écrivain suédois Stieg Larsson, Lisbeth a rapidement droit à une incarnation au cinéma, où l’actrice suédoise Noomi Rapace est choisie pour jouer l’héroïne. Cela donne MILLÉNIUM (Niels Arden Oplev, 2009), une adaptation suédoise qui fait un véritable carton à l’international, en mettant en images l’histoire pas vraiment tout public de Stieg Larsson.

Lisbeth enquête en effet avec un journaliste (Mikael Blomkvist) sur la disparition mystérieuse il y a des décennies d’une adolescente de seize ans au sein d’une famille de riches industriels suédois qui vivent isolés sur une île aux témpératures glaciales. Le tableau est d’autant plus sordide que plusieurs membres sont ou ont été des nazis convaincus, que l’affaire se transforme rapidement en enquête sur un tueur en série qui semble prendre un plaisir sadique à mutiler ses victimes (des jeunes filles), et que Lisbeth est placée sous la tutelle d’un homme abject. On s’arrête là pour ne pas trop spoiler ce film dont le premier visionnage peut représenter un choc, et on se contente de rappeler que le livre dont il est adapté s’intitule : LES HOMMES QUI N'AIMAIENT PAS LES FEMMES. Stieg Larsson était connu comme un écrivain très engagé, et MILLÉNIUM fait honneur au(x) message(s) de son histoire.

La saga de la révélation pour Noomi Rapace

Quand le grand public découvre Noomi Rapace dans le rôle de Lisbeth Salander en 2009, l’actrice suédoise est globalement inconnue en dehors de son pays natal. Mais le film de Niels Arden Oplev lui permet de se révéler dans ce rôle incroyablement exigeant, et qui a été le sien pendant deux ans. Car les deux autres tomes de la trilogie de Stieg Larsson ont aussi été adaptés au cinéma, en reprenant les titres des romans : MILLÉNIUM 2 : LA FILLE QUI REVAIT D'UN BIDON D'ESSENCE ET D'UNE ALLUMETTE (2009) et MILLÉNIUM 3 : LA REINE DANS LE PALAIS DES COURANTS D'AIR (2010).

Pour ces deux suites, c’est le suédois Daniel Alfredson qui passe à la réalisation. Très fidèles aux romans, ils explorent davantage le passé traumatisant de Lisbeth, et s’éloignent un peu de la noirceur du premier film en explorant des genres différents et la suite de l’histoire de l’héroïne et de Mikael Blomkvist, toujours présent. Dans MILLÉNIUM 2, Lisbeth doit laver son nom des meurtres dont elle est accusée, ce qui laisse au film qui clôt la trilogie le soin de résoudre la conspiration dont l’héroïne est victime. Et si vous voulez voir la version intégrale de l’histoire, il faut vous tourner vers la série sortie en 2010, qui redécoupe les trois films en six épisodes, et qui ajoute pas moins de deux heures de scènes supplémentaires.

Hollywood et MILLÉNIUM, une histoire contrastée

Inévitablement, l’engouement mondial pour les romans de Stieg Larsson a poussé les gros studios à développer leur propre adaptation. C’est ainsi qu’est né MILLÉNIUM : LES HOMMES QUI N'AIMAIENT PAS LES FEMMES (2011), un projet à gros budget (90 millions de dollars), avec surtout à sa tête un cinéaste qui en jette : David Fincher. Rétrospectivement, il s’agit peut-être de la meilleure adaptation : difficile de rivaliser avec la réalisation de Fincher, la bande originale très classe de Trent Reznor et Atticus Ross, et surtout le duo formé par Rooney Mara et Daniel Craig. Entre deux James Bond, ce dernier éclipse assez aisément Michael Nyqvist dans le rôle du journaliste Mikael Blomkvist, et Rooney Mara – qui retrouve David Fincher après THE SOCIAL NETWORK en 2010 – incarne une Lisbeth Salander plus fragile et frêle que Noomi Rapace, mais aussi plus explosive. Est-elle la plus fidèle au personnage des romans ? C’est une question d’interprétation, mais l’actrice américaine est nommée à l’Oscar de la meilleure actrice pour le rôle – en plus des quatre autres nominations reçues par le film.

Forcément, donner une suite à la hauteur de ce long-métrage n’était pas une mission facile, et MILLÉNIUM : CE QUI NE ME TUE PAS (Fede Álvarez, 2018) est loin de boxer dans la même catégorie que le long-métrage de Fincher. Mais cette adaptation du tome 4 de la saga (écrit par David Lagercrantz) n’est pas inintéressante, notamment parce que c’est la première fois que Lisbeth Salander est l’unique héroïne d’un film MILLÉNIUM. Le rôle est repris par l’actrice Claire Foy – révélée par son rôle d’Elisabeth II dans les deux premières saisons de la série THE CROWN de Peter Morgan – et la britannique s’en sort plutôt bien. Elle ne peut juste pas lutter avec Noomi Rapace, qui restera toujours la première à avoir endossé le rôle au cinéma, et qui s’est surtout imposée en l’espace de trois films comme la Lisbeth Salander ultime pour beaucoup de fans.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram