Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

VIVANTE désormais en audiodescription : vive le porno pour toutes et tous !

Posté par Jean François Frontera le 13 novembre 2020
Toujours avec la volonté de rendre la sexualité plus inclusive, CANAL + a décidé de faire audiodécrire l'une de ses productions pornographiques afin de la rendre disponible pour les déficients visuels. Le film choisi n'est autre que VIVANTE de la réalisatrice féministe Anoushka, film qui traite justement du désir et du handicap.

Menée d'une main de maître et écrite par les équipes de Laurent Lavige (France Inter), cette audiodescription d'un film X est une première à la télévision française. La voix de ce projet est portée par la divine LeleO, bien connue des fidèles de CANAL + puisqu'elle a animé Onanix pour le JDH (tout en étant la reine du JOI et la cofondatrice des podcasts audio Voxxx). Au téléphone, elle nous partage cette expérience.

Peux-tu nous expliquer ce qui a été concrètement ton travail sur cette adaptation ?

Tout le travail d'écriture de texte a été fait par Laurent Lavige et ses équipes. Moi, j'ai prêté ma voix. L'enjeu, c'était d'y mettre de la vie, de raconter une histoire tout en ayant une interprétation sobre. Ça a été un travail assez subtil.

As-tu trouvé des similitudes avec ce que tu fais pour les podcasts Voxxx ?

Il n'y en a pas beaucoup, et c'est ça que j'ai trouvé génial. J'ai plus l'habitude de guider que de décrire. Là, je n'avais pas besoin de « trop » en faire car les scènes du film se suffisaient à elles-mêmes. On est dans le respect complet de l'imagination du spectateur. En fait, ça me fait penser à cette scène d'Amélie Poulain lorsqu'elle prend une personne déficiente visuelle dans la rue et lui chuchote à l'oreille ce qui se passe.

VIVANTE traite d'un sujet assez tabou, la sexualité des personnes handicapées, cela t'a-t-il touché ?

Oui, ça me touche, parce que ma maman a bossé avec des personnes handicapées. J'ai pris ce sujet d'autant plus à cœur que c'est une réelle injustice : personne ne devrait être écarté du fantasme, du plaisir, du désir... Si à mon petit niveau je peux rendre la sexualité plus disponible, c'est très bien. Il faut libérer la parole sur ces différents tabous.

Tu connaissais le boulot d'Anoushka avant ?

J'avais travaillé pour le Journal du Hard sur la présentation de son film Blow Away, et je l'avais trouvée complètement dingue. J'apprécie beaucoup son travail, elle représente plein de choses qui sont importantes dans la pornographie actuelle. Et je soutiens à fond sa volonté d'inclusivité dans le X. Elle est très humaine.

 

La scène que tu as préférée doubler ?

J'ai bien aimé la scène entre Bertoulle Beaurebec et Bishop Black. On sent qu'il y a de la complicité entre eux. Ça se voit dans leurs sourires, dans leurs regards, il y a des choses qui ne mentent pas. En l'audiodécrivant, j'étais presque frustrée parce que j'avais envie d'en faire plus.

Comment s'est passée ta collaboration avec Laurent Lavige ?

Il a été hyper bienveillant avec moi. J'ai senti qu'il vibrait en faisant ce métier, et qu'il était heureux de pouvoir offrir à ces gens qui sont déficients visuels des moments qui ne soient pas « médicaux ». Il a envie qu'il y ait des sourires dans la voix, qu'il se passe des choses dans le ton, et tu sens que lui, il est capable de faire des supers nuances là-dedans. Du coup, c'est passionnant. Ça a été un coach génial.

Tu serais prête à recommencer ?

Mille fois. Il est temps que l'on soit plus inclusif dans la pornographie !

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos du Journal du Hard sont disponibles sur myCANAL

Suivez Le Journal du Hard sur :

Facebook

Twitter