Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

City on a Hill : une saison 2 influencée par Black Lives Matter

Posté par Alexis Lebrun le 30 mars 2021
La série de Ben Affleck et Matt Damon revient enfin après une année 2020 dont les soubresauts ont fortement marqué la production. Pour le pire (la pandémie a retardé le tournage) et pour le meilleur : City on a Hill va se frotter de plus près aux problèmes de racisme qui minent encore l’Amérique d’aujourd’hui.
Retour à Boston

Si vous n’avez pas suivi la première saison de City on a Hill, il faut rappeler que nous avons affaire à une série d’époque qui prend place dans un cadre particulièrement violent, le Boston du début des années 1990. La ville est alors minée par la criminalité, le racisme et la corruption, une situation illustrée par les deux personnages principaux de la série. City on a Hill met en effet en scène un duo inattendu, formé par un agent corrompu du FBI (Jackie Rohr) et un jeune procureur afro-américain qui veut renverser la table (DeCourcy Ward). Le premier est un vieux de la vieille qui prospère depuis des années en magouillant comme il respire, et il est craint par beaucoup de monde, mais pas par le nouveau procureur du coin, qui décide d’en faire un atout dans son combat pour assainir une ville au fonctionnement vicié.

À la manière des cinq saisons thématiques de The Wire à Baltimore, City on a Hill ouvre un nouveau chapitre dans un quartier différent de Boston pour cette deuxième salve de huit épisodes. Après une première saison centrée autour des Ryan, une famille de braqueurs de fourgons blindés de Charlestown, cette saison 2 se déplace dans le quartier noir de Roxbury qui est un concentré des maux de la ville : violence quotidienne, trafic de drogues, guerre des gangs… Nous sommes cette fois en 1993, et le meurtre d’un enfant noir est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Parallèlement, la relation entre Jackie et DeCourcy atteint des sommets de tension, alors que la carrière du premier semble pour la première fois menacée.

Un scénario réécrit

City on a Hill a beau prendre place il y a une vingtaine d’années – une époque où Boston n’avait rien à avoir avec aujourd’hui –, elle s’intéresse à des thématiques qui sont malheureusement toujours d’actualité aux Etats-Unis. La première saison traitait déjà largement la question du racisme et ce sera au moins autant le cas cette fois, mais les scénaristes de la série ont logiquement dû et pu tenir compte du contexte particulier de l’année 2020 aux Etats-Unis, marquée par les manifestations de Black Lives Matter après la mort de George Floyd. Le showrunner Tom Fontana a ainsi expliqué que même si la série ne pouvait pas explicitement citer ces événements pour des raisons évidentes de chronologie, les enjeux actuels se reflètent dans la deuxième saison.

Pour ce faire, les scénaristes ont réécrit le scénario avec l’aide de tous les acteurs, une décision bienvenue et d’autant plus pertinente que le point de départ de cette nouvelle intrigue est le meurtre d’une jeune femme noire, ce qui évoque forcément la mort bien réelle d’une autre afro-américaine l’an dernier, Breonna Taylor. La bande-annonce de cette saison 2 fait d’ailleurs référence à la crise de 1974, quand la ville de Boston a fait la une du pays pour des manifestations et des émeutes raciales, en miroir du contexte très tendu de 1993 dans la série, précédant le fameux « Boston Miracle » où la criminalité a baissé – et qui a inspiré la création de City on a Hill.

Kevin Bacon passe à la réalisation

Pour cette deuxième saison, la dream team de la côte est que l’on retrouve derrière la série n’a pas beaucoup changé. Le célèbre duo hollywoodien composé de Ben Affleck et Matt Damon est toujours à la production, accompagné entre autres de Barry Levinson et du créateur de City on a Hill, Chuck MacLean. Le grand Tom Fontana (Homicide, Oz, Borgia) est toujours au poste de showrunner, mais il y a quand même une petite nouveauté : l’acteur Kevin Bacon réalise le premier épisode de la saison 2, ce qui marque son retour derrière la caméra pour la première fois depuis plus de dix ans.

Sa performance d’acteur en ripou cocaïnomane, volage et affublé d’une moustache, d’une coupe à la gomina et d’un accident bostonien impayables est toujours le moteur de la série, mais cet authentique anti-héros ne doit pas faire oublier son compère Aldis Hodge, excellent dans le rôle du procureur moins lisse qu’il n’en a l’air. Il vient d'ailleurs d’incarner le joueur de foot américain Jim Brown dans le premier film remarquable de l’actrice Regina King, One Night in Miami, qui s’intéresse lui aussi à une année charnière pour la question raciale : 1964. Au cinéma comme dans les séries, « Black Lives Matter », et on ne peut que s’en réjouir.

City on a Hill saison 2, diffusé À l'Heure US à partir du 29 mars sur CANAL+.

La saison 1 est disponible en intégralité sur myCANAL.