Hippocrate : ces cinq trucs d’étudiants en médecine qu’on ne captera jamais

Comme on le voit dans Hippocrate, les carabins ont des tas de rituels, qui vont de « un peu bizarre » à « très très bizarre ».

Un peu bizarre : ils arrivent une heure en avance aux cours
 

Ça dépend bien sûr des facs, mais certains étudiants arrivent très en avance aux cours magistraux pour avoir la meilleure place, au plus près du prof (voire une place tout court), dans des amphis qui s’avèrent parfois pleins à craquer.

Sinon, ils devront se contenter d’un strapontin. Ou pire, investir dans un coussin pour s’asseoir sur les marches.
 

Modérément bizarre : ils ont un rythme complètement décalé
 

Les carabins doivent assurer de longues gardes (celles d’Arben, Chloé, Hugo et Alyson, livrés à eux-mêmes sans médecins, sont particulièrement longues).

Chaque pause est bonne à prendre, que ce soit pour manger un beignet au distributeur, fumer une clope ou faire une micro-sieste de 20 minutes. Ne vous étonnez donc pas si vous en voyez un dormir discrètement quelques instants au bureau entre deux visites.

Bizarre : ils sont très grivois, c’est une obligation
 

Traditionnellement, les étudiants en médecine, sans doute pour décompresser face à la maladie et à la mort, se lâchent totalement en salle de garde.

Comme dans Hippocrate, celles-ci sont décorées de fresques obscènes, aujourd’hui décriées. Ils y chantent des chansons paillardes et s’y adonnent à des pratiques folkloriques en dessous de la ceinture.

On le voit par exemple quand ils élisent l’économe : « Tout bulletin sans dessin de sexe sera considéré comme nul et non avenu ». 
 

Très bizarre : ils respectent toutes les traditions, même les plus étranges
 

Comme on peut le voir dans Hippocrate, la salle où les étudiants mangent et décompressent est soumise à un tas de règles.

Si certaines sont compréhensives (on se tutoie, on ne laisse pas de place libre entre deux personnes pour éviter les clans, on ne parle pas de médecine, politique ou religion à table…), d’autres sont carrément bizarres voire dégoûtantes : on s’essuie avec la nappe, on doit demander l’autorisation pour sortir de table et les tire-bouchon sont interdits.
 

Très très bizarre : ils ont des gages parfois salés
 

En cas de manquement aux nombreuses règles qui régissent la salle de garde, le contrevenant se verra appliquer un gage (ou « taxe »), choisi soit par l’économe (le président de la salle, Hugo dans Hippocrate), soit par la roue du hasard.

Il peut s’agir de chanter une chanson ou de quelque chose de plus vulgaire. On le voit bien dès le premier épisode de la série, dans lequel Chloé, qui a parlé médecine à table, refuse d’accomplir son gage.

Le contraire nous aurait étonnés venant d'elle, mais en même temps, on la comprend.
 

Hippocrate, saison 2, prochainement sur CANAL+.