Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Pourquoi il faut (re)voir Dexter, la série la plus sanglante de tous les temps

Posté par Alexis Lebrun le 16 avril 2020
Le serial killer le plus célèbre des séries télé a beau avoir quitté nos écrans en 2013, il reste l’un des personnages les plus marquants des dernières années. Quatorze ans après ses débuts, voici trois bonnes raisons de vous replonger dans un bain de sang de Dexter Morgan.
Parce que c’est encore une série sulfureuse

Cela saute peut-être moins aux yeux aujourd’hui, mais quand la série est arrivée en 2006, ce fut un véritable choc pour l’époque. Car pour rappel, Dexter raconte l’histoire d’un tueur en série victime d’un traumatisme d’enfance inimaginable, et dont le temps libre est occupé à tuer à l’arme blanche des criminels qui échappent à la justice, avant de les découper en morceaux. Et on parle d’un garçon qui doit bien sûr cacher cette facette de sa vie à ses proches et ses collègues, puisqu’il travaille à la police de Miami en tant que… Spécialiste des projections de sang.

Interdite aux moins de 12 ans en France, Dexter a fait scandale dans plusieurs pays auprès du public conservateur, inquiet de voir un tel personnage représenté d’une façon ambivalente, où le spectateur a de l’empathie pour lui et est amené à souhaiter qu’il s’en sorte. La réputation sulfureuse de la série vient aussi du fait qu’elle a été été citée par plusieurs vrais meurtriers comme une source d’inspiration. Et pour couronner le tout, Dexter est une série à l’humour noir grinçant, qui ne lésine pas non plus sur la vulgarité et les scènes de sexe.

Parce que Michael C. Hall y joue le rôle de sa vie, et que les seconds rôles ne sont pas en reste

Il est bien sûr impossible de dissocier Dexter de son interprète, l’acteur américain Michael C. Hall. Révélé en incarnant le personnage gay refoulé David Fisher dans le chef-d’œuvre Six Feet Under sur HBO, Michael C. Hall a collectionné les nominations et les récompenses grâce à son rôle principal de serial killer dans Dexter. Avec son visage impassible et mystérieux, il était taillé pour jouer ce personnage détaché et glaçant qui a bien du mal à exprimer ses émotions. Mais encore fallait-il l’incarner.

Et de ce point de vue, Michael C. Hall a évidemment porté la série sur ses épaules, avec sa voix-off monotone qui exprime ses vraies pensées, et son style tout en contrôle pour les scènes de meurtre, malgré quelques explosions de violence mémorables. Si peu d’acteurs de séries ont réussi à collectionner deux rôles aussi importants, Michael C. Hall n’a pas été le seul à briller dans Dexter. Jennifer Carpenter est parfaite dans le rôle de la sœur Debra Morgan, et d’autres actrices ont marqué la série, dont Julie Benz (la femme de Dexter), Yvonne Strahovski (The Handmaid’s Tale) et Julia Stiles (Jason Bourne).

Parce que les quatre premières saisons sont parmi les meilleures de l’histoire

Tout le monde est d’accord pour le dire : Dexter a atteint son apogée avec sa quatrième saison, qui peut être considérée avec son final comme l’une des plus flippantes de l’histoire des séries, avec son « Trinity Killer » incarné par l’effrayant John Lithgow. Mieux encore : les trois premières saisons sont aussi des classiques indépassables, avec des cliffhangers inhumains et des plot twists totalement inattendus.

Après cet âge d’or, Dexter a alterné le bon (saisons 5 et 7) et le moins bon (saisons 6 et 8), avec une conclusion qui est loin de faire l’unanimité. Si la série avait pris fin avec la saison 4, il est clair qu’elle serait aujourd’hui au panthéon de la télévision. Les audiences spectaculaires de Dexter ont malheureusement entraîné la chaîne Showtime dans une autre direction. Donc si vous manquez de temps, vous pouvez vous « contenter » des 48 premiers épisodes, qui comptent parmi ce qui se faisait de meilleur entre 2006 et 2009, et il y avait un peu de concurrence à l’époque.

Dexter saisons 1 à 8 sur POLAR+, disponible avec CANAL+.