Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Unforgotten, le Cold Case au charme british, débarque sur POLAR+

Posté par Alexis Lebrun le 7 décembre 2020
Coup de cœur des critiques outre-Manche, cette série policière britannique se distingue de la concurrence par son classicisme et une construction narrative originale. Alors si l’idée d’un mélange entre Cold Case et Broadchurch vous séduit et que vous ne diriez pas non à un bon polar à l’anglaise pour passer l’automne, les six épisodes de la première saison d’Unforgotten sont faits pour vous.
Squelette enterré non-identifié

À chaque saison, Unforgotten s’intéresse à une affaire différente de disparition ou de meurtre, mais avec une particularité : il s’agit toujours de cas non-résolus vieux de plusieurs années, ce que l’on appelle un « cold case ». La première saison s’ouvre donc sur la découverte d’un squelette dans la cave d’un immeuble en cours de démolition... Au départ, les enquêteurs n’ont aucun élément sur l’identité de cette personne ni sur la cause et surtout la date de sa mort (violente, comme le prouve une blessure à la tête).

Unforgotten constitue donc un voyage dans l’histoire tragique de ce personnage disparu, à la recherche d’indices très rares dans un premier temps. Heureusement, le premier épisode apporte les premières pièces du puzzle : une clé de voiture est retrouvée sur le corps et permet après quelques rebondissements d’identifier la victime, dont on découvre qu’elle est décédée il y a plusieurs décennies. Mieux : un agenda qui lui appartenait permet de découvrir qui sont les quatre suspects du meurtre. C’est là que les choses sérieuses commencent.

Destins entremêlés

Contrairement à Cold Case, Unforgotten n’utilise aucun flashback. La victime n’existe qu’à travers les souvenirs des personnages suspects et ses connexions avec eux. La série fait donc le choix audacieux de suivre pas moins de quatre histoires en parallèle, en plus de l’enquête. Parmi les suspects présentés, on trouve ainsi un pasteur qui semble avoir du mal à gérer les finances de sa paroisse et à marier sa fille, un couple de retraités dont le mari est en fauteuil roulant et la femme souffre d’Alzheimer, un homme d’affaires à succès qui gravite dans les hautes sphères du pouvoir, et une éducatrice qui vient en aide aux jeunes d’un quartier pauvre.

Tous ces personnages semblent d'abord n’avoir aucun lien entre eux ou avec l’affaire, mais Unforgotten réunit progressivement les différences pièces de son récit à tiroirs pour compléter le puzzle et découvrir la vérité sur cette affaire de meurtre. Car même si l’affaire est ancienne, elle n’en demeure pas moins « inoubliable » pour les personnages et grave, comme l’explique l’enquêtrice de la série, qui veut que justice soit rendue pour la victime.

Un duo sobre mais efficace

Ces dernières années, les séries policières ont habitué le public à des personnages surdoués à la Sherlock Holmes, ou à des duos qui fonctionnent sur le principe du « je t’aime, moi non plus » comme Alec Hardy et Ellie Miller dans Broadchurch. Rien de tout cela n’est présent dans Unforgotten, et c’est une petite bouffée d’air frais. Les deux enquêteurs Cassie Stuart et Sunny Khan sont des individus complètement normaux qui sont confrontés à des affaires insolubles en apparence. Ils forment juste un duo complice qui ne se prive jamais de pratiquer l’humour pince-sans-rire typiquement britannique, bien aidé par la qualité des interprètes.

Accompagnée de l’acteur comique Sanjeev Bhaskar, l’inspectrice en chef jouée par Nicola Walker (MI-5, Babylon, Inside Men, The Split), est aussi impeccable dans la partie investigation de la série que dans les scènes avec son père. Ensemble, ils contribuent à faire d’Unforgotten une série classique qui prend son temps, avec un charme discret loin des ambiances sombres des polars scandinaves que l’on connaît désormais par cœur. De quoi ne pas oublier que les choses les plus simples sont souvent les meilleures.

Retrouvez Unforgotten saison 1 dès maintenant sur POLAR+, disponible avec CANAL+