Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Your Honor, la série qui aborde le privilège blanc et le racisme systémique

Marquée par le retour de Bryan Cranston dans un premier rôle sur le petit écran, cette nouvelle série à suspense s’attaque à bon nombre d’inégalités flagrantes de traitement qui déchirent la société américaine d’aujourd’hui.
Quoi qu’il en coûte

Que seriez-vous prêt à faire pour protéger votre enfant ? Par cette question très difficile, Bryan Cranston résume bien le dilemme moral au cœur de Your Honor, et qui s’adresse directement à ses spectateurs. Dans la série, l’acteur incarne en effet un juge très respecté et droit (Michael), connu pour son sens aigu de la justice. Mais tout vole en éclat lorsqu’il apprend que son fils (Adam) a tué un jeune de son âge lors d’un accident de la route. Non seulement son fiston est coupable d’homicide involontaire, mais il commet en plus un délit de fuite.

Le premier réflexe de son père est alors de l’envoyer se rendre à la police, avant de changer d’avis quand il découvre le pompon : la victime est le fils du parrain de la mafia locale la plus puissante, et Michael sait que rien ni personne ne pourra protéger son fils de la vendetta déclarée contre le responsable de l’accident. Confronté à une situation insoluble, il décide d’aider son fils à faire disparaître les preuves, et donc de devenir complice pour lui sauver la vie, quoi qu’il en coûte. Malheureusement pour lui, d’autres personnes vont trinquer à la place d’Adam, et l’accumulation des mensonges finit par avoir des conséquences tragiques sur un tas de personnages.

Coupable idéal

Le premier d’entre eux est Kofi, un jeune noir qui se voit confier la mission de faire disparaître la voiture impliquée dans l’accident. Manque de bol, il est arrêté au volant du véhicule, et se retrouve accusé à la place d’Adam. Contrairement à ce dernier, il est tout de suite désigné coupable des faits par l’ensemble des acteurs : brutalisé puis carrément torturé par la police, son cas est expédié par la justice qui ne se pose aucune question sur la finesse de son dossier. Symboliquement, la série se déroule dans le sud des Etats-Unis, et plus particulièrement à La Nouvelle-Orléans, une ville marquée par des inégalités très importantes entre les différentes communautés.

On y voit dans la série les quartiers afro-américains pauvres laissés à l’abandon, et des gangs noirs qui représentent du menu fretin par rapport à la mafia toute-puissante de la famille Baxter, dont les membres ont des intérêts en commun – et de petits arrangements – avec tout le monde. C’est ainsi que le calvaire de Kofi continue en prison, où la hiérarchie est de mèche avec la mafia locale, dans un système de corruption généralisée qui implique aussi la complicité de la police et de certains politiques. En résumé, Your Honor montre très bien ce qu’est le racisme systémique, et comment il peut se retrouver dans toutes les strates de la société.

Passe-droit

Dans la position inverse à la famille de l’accusé à tort, complètement démunie face à la justice américaine, on retrouve logiquement celle d’Adam, qui a toutes les cartes en main. Car en tant que juge, le personnage joué par Bryan Cranston connaît parfaitement le fonctionnement du système judiciaire. Il n’hésite pas à utiliser ce savoir au bénéfice de son fils, ce qui leur donne bien sûr un avantage considérable sur la police, la justice et la mafia, qui ne suspectent pas un instant qu’un jeune homme blanc et de bonne famille puisse se rendre coupable d’un délit de fuite. De surcroît, notre juge devenu complice utilise volontiers ses proches hauts placés pour tirer son fils d’affaire : son meilleur ami est un homme politique corrompu à qui il fait appel pour que la voiture accidentée disparaisse. Lui qui était autrefois un juge plutôt clément et critiqué pour ses décisions mesurées se transforme comme dans Breaking Bad en anti-héros, pour ce qu’il pense être un sauvetage de sa famille.

Deux scènes illustrent à merveille l’asymétrie mise en évidence dans la série : lorsque Kofi doit récupérer le véhicule incriminé dans un quartier bourgeois, il est regardé avec suspicion par tout le voisinage, et quand Adam dit sérieusement dans l’ascenseur du tribunal qu’il s’y trouve pour un meurtre, tout le monde éclate de rire tellement cette possibilité paraît inimaginable. Cette asymétrie a un nom : le privilège blanc, une expression reprise par le duo d’acteurs en tête d’affiche de la série dans une interview à Variety. Le jeune acteur Hunter Doohan (Adam) déclare ainsi : « Si Adam peut s’en sortir, c’est en raison de ce que lui et son père sont. Je suis vraiment heureux que Peter Moffat incorpore cela car il serait incroyablement irresponsable et insultant de faire une série sur la justice pénale aujourd’hui sans aborder le privilège blanc et le racisme systémique. » Et pour l’anecdote, Peter Moffat n’est pas seulement le créateur et le showrunner de Your Honor et de Criminal Justice auparavant, il a aussi été avocat pénaliste pendant de nombreuses années. Autant dire qu’il sait de quoi il parle.

Your Honor épisodes 1 à 10, disponibles sur CANAL+.