Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Bilan : 2020, annus pas si horribilis que ça pour le cinéma français

Posté par Alexis Lebrun le 22 décembre 2020
Bouleversé par l’épidémie de Covid-19 et la fermeture des salles pendant plusieurs mois, le cinéma français a tout de même résisté à cette année exceptionnelle, en profitant de l'absence de la plupart des blockbusters américains. Des films plus ou moins attendus ont fait le plein, et plusieurs bonnes surprises sont venues réenchanter un contexte morose. En attendant de meilleurs jours en 2021 avec la réouverture des salles et la cérémonie des César, retour sur les productions françaises qu’il ne fallait pas rater cette année.
Ils ont rempli les salles

Avant la première fermeture des cinémas au mois de mars, quelques films français ont fini légèrement en-dessous du million de spectateurs au box-office. C’est le cas de DE GAULLE (Gabriel Le Bomin), le biopic sur le général avec Lambert Wilson et Isabelle Carré, qui a attiré le public en se concentrant sur le célèbre appel du 18 juin 1940. LE PRINCE OUBLIÉ (Michel Hazanavicius) a fait un peu mieux grâce à sa sortie plus précoce, mais ce film d’aventure familial à gros budget avec Omar Sy et François Damiens espérait sans doute bien davantage. La surprise de l’année, c’est le succès d’ANTOINETTE DANS LES CÉVENNES (Caroline Vignal), où Laure Calamy incarne une citadine qui découvre les joies de la nature, une histoire qui a sans aucun doute parlé au public cette année après l’expérience du confinement.

Toujours dans le registre comique, LA BONNE ÉPOUSE (Martin Provost) a convaincu le public, en transformant Juliette Binoche, Yolande Moreau et Noémie Lvovsky en femmes tradis confrontées à la libération des mœurs de mai 1968. EFFACER L’HISTORIQUE (Benoît Delépine et Gustave Kervern) a lui touché les spectateurs en racontant l’histoire attachante de trois français dépassés par l’Internet d’aujourd’hui (incarnés par Blanche Gardin, Denis Podalydès et Corinne Masiero), et qui partent en croisade contre les géants du web. Enfin, en moins de dix jours d’exploitation et malgré le couvre-feu, ADIEU LES CONS (Albert Dupontel) a lui aussi fait son effet auprès du public, en racontant l’aventure improbable et touchante d’un trio joué par Virginie Efira, Nicolas Marié et Albert Dupontel lui-même.

Ils ont convaincu la critique et sont attendus aux César

En attendant l’annonce des nominations le 10 février et la cérémonie le 12 mars, quelques films se détachent déjà pour cette édition des César qui sera forcément très particulière, année de Covid-19 oblige. Le film d’Albert Dupontel est bien sûr concerné par cette catégorie, tout comme ANTOINETTE DANS LES CÉVENNES. On peut également ajouter ÉTÉ 85 (François Ozon), qui a révélé l’acteur Félix Lefebvre aux côtés de Benjamin Voisin, dans ce drame qui raconte une belle histoire d’amour entre deux hommes dans les années 1980. Tout aussi convaincant, LES CHOSES QU'ON DIT, LES CHOSES QU'ON FAIT (Emmanuel Mouret) est aussi attendu dans les nominations pour les César, notamment pour ses deux interprètes Camélia Jordana et Niels Schneider, étonnants dans ce face à face sur le désir amoureux.

Très controversé depuis sa sortie aux Etats-Unis, MIGNONNES (Maïmouna Doucouré) a été bien accueilli en France, où sa remise en question de la sexualisation des jeunes filles a été saluée. Apprécié par la critique et le public, le thriller judiciaire LA FILLE AU BRACELET (Stéphane Demoustier) pourrait aussi bien figurer aux César, notamment avec son casting luxueux (Roschdy Zem, Chiara Mastroianni, Annie Mercier, Anaïs Demoustier), mais où se détache surtout la révélation Melissa Guers. Pour finir, il serait parfaitement logique que TOUT SIMPLEMENT NOIR (Jean-Pascal Zadi et John Wax) double son succès au box-office cet été de quelques récompenses aux César. Cette comédie grinçante a touché très juste à propos du racisme en France, et elle a aussi fait écho à l’ampleur internationale prise par le mouvement Black Lives Matter.

Ils méritent d’être (re)découverts

En raison de l’épidémie, certains films prometteurs n’ont pas eu forcément l’exposition qu’ils méritaient. C’est le cas de DEUX (Filippo Meneghetti), le film qui représentera la France aux Oscars 2021, et qui raconte une histoire d’amour entre deux femmes âgées (Barbara Sukowa et Martine Chevallier), une rareté au cinéma. Dans la comédie ÉNORME (Sophie Letourneur), Marina Foïs et Jonathan Cohen forment un couple de quarantenaires qui se retrouvent soudain confrontés à la grossesse et à ses conséquences sur le couple. Mais ce n'est pas tout.

En cette année de pandémie, le film VOIR LE JOUR (Marion Laine), où Sandrine Bonnaire travaille comme soignante sous pression dans une maternité, aborde le sujet ô combien d’actualité des conditions de travail à l’hôpital public, et des moyens qui lui sont accordés. Plus léger, #JESUISLÀ  (Éric Lartigau) offre à Alain Chabat un premier rôle de vieux père divorcé qui fait la rencontre d'une femme Sud-coréenne sur Instagram, et qui se rend dans son pays pour faire sa rencontre. Le meilleur pour la fin : considéré comme l’un des meilleurs films de l’année, le documentaire ADOLESCENTES (Sébastien Lifshitz) est un immanquable, puisqu’il suit deux adolescentes de 13 à 18 ans, une période évidemment pleine de bouleversements pour ces des jeux femmes, et dont l’amitié évolue aussi.

Ils sont attendus pour la réouverture des cinémas en 2021

On ne sait pas encore quand les salles pourront rouvrir l’année prochaine, mais plusieurs films prévus à l’affiche pour la réouverture avortée du 15 décembre devraient bien être là quand la situation sanitaire le permettra. C’est le cas de MANDIBULES (Quentin Dupieux), film sur une mouche géante avec David Marsais, Grégoire Ludig et Adèle Exarchopoulous. Plus sérieux, SLALOM (Charlène Favier) abordera la question de l’emprise psychologique et des abus sexuels dans le monde du sport, avec Noée Abita et Jérémie Renier.

On retrouvera également quelques films restés très peu de temps à l’affiche avant la fermeture des cinémas, comme MISS (Ruben Alves), qui raconte l’histoire d’un homme (Alexandre Wetter) décidant de réaliser son rêve d’enfant : devenir Miss France. Le film GARÇON CHIFFON (Nicolas Maury) aura aussi droit à une nouvelle chance : le réalisateur y joue un personnage touchant d’acteur à qui rien ne réussit, et qui retourne voir sa mère, incarnée par Nathalie Baye. Le public pourra enfin découvrir ADN (Maïwenn), dans lequel la réalisatrice joue une femme qui part à la recherche de ses origines en Algérie. Fanny Ardant, Louis Garrel et Marine Vacth figurent notamment au casting.

Ils nous ont quittés en 2020

Victimes du Covid-19 ou pas, de nombreuses figures du cinéma français sont décédées cette année. C’est le cas de la doyenne centenaire du cinéma hexagonal, Suzy Delair (102 ans) ; de l’acteur Philippe Nahon (89 ans), connu notamment pour ses rôles dans les années 1990 chez Audiard et Kassovitz ; de Michel Robin (90 ans), sociétaire de la Comédie-Française et habitué des seconds rôles au cinéma ; ou encore de Caroline Cellier (75 ans), gagnante d’un César pour L’ANNÉE DES MEDUSES (Christopher Frank, 1984).

L’année 2020 a aussi vu la disparition des monstres sacrés Michel Piccoli (94 ans), qui a tourné avec les plus grands réalisateurs, et de Michael Lonsdale (89 ans), acteur à la filmographie longue comme le bras, et qui a aussi participé à un nombre incalculable de pièces de théâtre. La liste des décès compte également l’acteur Roger Carel (93 ans), doubleur de légende d’Astérix et de nombreux films de Disney ; Tonie Marshall (68 ans), réalisatrice entre autres de VÉNUS BEAUTÉ (INSTITUT) en 1999 ; ou encore Claude Giraud (84 ans), lui aussi doubleur renommé et collègue de Louis de Funès et Suzy Delair justement, dans LES AVENTURES DE RABBI JACOB (Gérard Oury, 1973). Enfin, la famille du cinéma français a aussi perdu deux icônes venues d’autres domaines, avec la chanteuse Juliette Gréco (93 ans) et l’humoriste Guy Bedos (85 ans), tous les deux habitués des plateaux. Quant au cinéma français, il a survécu à l'épidémie de Covid-19, et on comptera sur lui en 2021 pour oublier 2020.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram