Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

BLACK BEACH, un thriller politique et tendu sur un fil

Posté par Cinéma Canal le 23 juillet 2021
Deuxième long-métrage du réalisateur espagnol Esteban Crespo, BLACK BEACH (2019) est une production ambitieuse qui s’attaque à la corruption des multinationales et aux arrangements des grandes instances internationales avec les dictatures en Afrique. L’acteur espagnol Raúl Arévalo y est très convaincant.
Apparences trompeuses

Carlos Fuster (Raúl Arévalo) est un golden boy à qui tout réussit. Installé à Bruxelles, il brasse quotidiennement des millions pour sa boîte, une multinationale de l’industrie pétrolière. Mais son quotidien doré ne lui suffit pas : avec Susan, sa femme enceinte jusqu’au cou (Melina Matthews), son regard est tourné vers New York, où il espère être promu et devenir associé. Mais on n’a rien sans rien : ses supérieurs savent qu’ils le tiennent avec cette carotte, et ils décident donc de lui confier une mission périlleuse, mais de la plus haute importance. Carlos doit se rendre dans un pays africain soumis à une dictature, où un ingénieur américain lié au business du pétrole a été enlevé par une faction rebelle qualifiée de terroriste par le pouvoir en place.

Mais rapidement, notre malheureux homme en costume réalise qu’on lui cache des choses et que la réalité est sans doute plus complexe qu’elle n’en a l’air. Et c’est le début des ennuis pour ne pas dire de la descente aux enfers, car il vaut mieux ne pas trop fouiller dans les secrets des dictatures et des multinationales du pétrole, surtout quand des millions sont en jeu. Les cadavres s’accumulent, et la mission tourne à l’épreuve de survie pour Carlos, qui se retrouve face à un scandale international. Est-il prêt à tout perdre pour le révéler ? L’heure est aux choix cornéliens, et se retrouver à la terrible prison de Black Beach (inspirée du centre de détention éponyme tristement célèbre situé en Guinée équatoriale) n’est pas la pire chose qui pourrait lui arriver. Ses relations amicales, familiales et professionnelles sont toutes chamboulées car elles se retrouvent bon gré mal gré dans ce bourbier, et personne n'en sortira indemne.

Raúl Arévalo, le Sean Penn espagnol

Si BLACK BEACH est d’abord un thriller au scénario complexe et aux multiples ramifications, le film d’Esteban Crespo offre aussi quelques morceaux de bravoure, où le personnage joué par Raúl Arévalo se transforme parfois en une version humaine de Jason Bourne ou James Bond. C’est particulièrement vrai dans une scène haletante de poursuite de plusieurs minutes sur les toits d’une ville, où Carlos fuit d’abord à pied puis en voiture ses poursuivants. Le réalisateur espagnol y démontre une certaine virtuosité qui tranche avec son premier long-métrage, la romance très caliente AMAR (2017, Netflix), avec le couple Pol Monen et María Pedraza, la Alison de LA CASA DE PAPEL (Álex Pina, 2017). BLACK BEACH renoue avec l’ambition qui caractérisait déjà THAT WASN'T ME (2012), court-métrage nommé aux Oscars et dans lequel Esteban Crespo s’intéressait déjà aux enjeux contemporains de l’Afrique.

Dans le genre thriller politique, son film évoque parfois quelques références du genre comme THE CONSTANT GARDENER (Fernando Meirelles, 2005), UNDER FIRE (Roger Spottiswoode, 1983), L’ENQUÊTE (Tom Tykwer, 2009), L’ANNÉE DE TOUS LES DANGERS (Peter Weir, 1983), mais aussi THE AMERICAN (Anton Corbijn, 2010) et MICHAEL CLAYTON (Tony Gilroy, 2007), deux excellents rôles de George Clooney. Mais c’est un autre célèbre acteur américain que le rôle principal de BLACK BEACH évoque immanquablement, et pas seulement pour sa ressemblance physique avec lui : Sean Penn. Vu récemment dans l’excellente série ANTIDISTURBIOS (Rodrigo Sorogoyen, 2020, CANAL+), Raúl Arévalo s’impose comme une valeur sûre du cinéma espagnol, après son explosion en 2014 dans le thriller LA ISLA MINIMA d’Alberto Rodriguez, suivi deux ans plus tard par la réussite du western LA COLÈRE D'UN HOMME PATIENT, son premier long-métrage en tant que réalisateur. Mais Raúl Arévalo reste avant tout (et comme Sean Penn) un acteur capable de porter un film sur ses seules épaules, BLACK BEACH en est la dernière preuve.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram