Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

RELIC : la véritable horreur, c’est la maladie d’Alzheimer

Posté par Alexis Lebrun le 11 août 2021
Le premier long-métrage de la réalisatrice australienne Natalie Erika James a été LA grosse claque horrifique de l’année 2020. Inspiré par la terrible maladie dont souffrait sa grand-mère, RELIC s’inscrit dans la vague « Elevated Horror », et utilise les codes du cinéma d’épouvante pour éclairer sur une horreur bien réelle, celle d’Alzheimer.
Promenons-nous dans les bois

L’intrigue de RELIC s’ouvre sur une mystérieuse disparition, celle d’Edna (Robyn Nevin), une veuve vivant habituellement seule dans une vaste maison perdue au milieu des bois. Pour sa fille Kay (Emily Mortimer) et sa petite-fille Sam (Bella Heathcote), c’est le branle-bas de combat : elles doivent explorer la zone pour vite la ramener au bercail. Mais Edna revient elle-même aussi mystérieusement qu’elle a disparu, et les vrais ennuis commencent pour ce trio de femmes. La santé physique et mentale de la matriarche se détériore à vitesse grand V, et son comportement devient de plus en plus inquiétant, sans compter que les recoins de sa demeure crasseuse réservent aussi quelques mauvaises surprises à ses héritières – et à nous par la même occasion.

Mais ne vous y trompez pas : RELIC n’est pas un film d’horreur comme les autres ou une énième histoire éculée de maison hantée. Très marquée par la maladie d’Alzheimer de sa grand-mère, devenue méconnaissable pour elle, la réalisatrice de RELIC a choisi de faire de cette angoisse du vieillissement, de la sénilité et de la mort le grand thème ce son premier film. Elle a notamment appuyé sur l’idée de la transmission de ce traumatisme aux générations suivantes, incarnées par Kay et Sam dans RELIC, et qui sont ramenées à leur propre mortalité. Si le film ne lésine pas sur les grands frissons, notamment dans sa spectaculaire conclusion, il n’enlève jamais son humanité à Edna, alors que les vieilles dames ont toujours tendance à être démonisées au cinéma. Natalie Erika James utilise le gore pour susciter l’émotion, et elle y parvient très bien : RELIC est un film ancré dans le réel qui rappelle de façon glaçante que ne plus reconnaître les autres et soi-même est nettement plus horrible que ce que beaucoup de films d’épouvante montrent.

Quand le cinéma d’horreur s’élève

Reposant aussi davantage sur une ambiance suffocante que sur des jump scares attendus, RELIC rejoint très clairement le mouvement actuel du sous-genre appelé « Elevated Horror », ces films d’horreur plus psychologiques et émouvants, et qui n’hésitent surtout pas à se frotter à des sujets d’actualité brûlants. L’exemple le plus célèbre est sans doute GET OUT (Jordan Peele, 2017), film d’horreur incroyable sur le racisme de la société américaine. De son côté, RELIC évoque lui surtout la première petite bombe d’Ari Aster – avant le choc MIDSOMMAR en 2019 –, HÉRÉDITÉ (2018), où une vieille matriarche et les secrets de sa maison donnent aussi des sueurs froides comme on en a rarement connu.

De même, dans THE VISIT (M. Night Shyamalan, 2015), les enfants en visite dans la maison de leurs grands-parents se retrouvent embarqués dans une situation qu’on ne souhaite à personne. RELIC rappelle aussi beaucoup L'ÉTRANGE CAS DEBORAH LOGAN (Adam Robitel, 2016), où une femme réalise un documentaire sur Alzheimer et s’intéresse donc à une famille dont la grand-mère souffre de la maladie. Problème : ses symptômes prennent des proportions aussi inattendues qu’effrayantes. Enfin, on ne peut pas conclure sans citer MISTER BADABOOK (2014), le premier long-métrage déjà culte de Jennifer Kent, une autre réalisatrice australienne en pleine bourre. On y voit une veuve confrontée avec son fils à une sorte d’esprit malin cauchemardesque qui leur en fait voir de toutes les couleurs. Celle qui a depuis sorti l’excellent THE NIGHTINGALE (2018) est comme Ari Aster l’une des figures montantes du cinéma indépendant, et Natalie Erika James pourrait bien les rejoindre si son prochain film est à la hauteur de RELIC.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram