Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Skin, l'étonnante métamorphose de Jamie Bell depuis Billy Eliott

Posté par Rosario Ligammari le 10 avril 2020
Devenu star à quatorze ans avec Billy Eliott, Jamie Bell a bien grandi depuis. Dans Skin, il interprète Bryon Widner, un ancien néo-nazi rattrapé par son passé. On est loin de l'adolescent fluet passionné de danse...
L'acteur de Billy Eliott

Avec Billy Elliot (Stephen Daldry, 2000) James Bell a commencé tôt : il avait à peine quatorze ans. En plus de cela, son rôle était pour le moins marquant ; déjà sur l'affiche, avec son air crispé, son short et ses gants de boxe au milieu des tutus, il l'était, marquant. Après ce genre de succès, il pourrait y avoir un problème : celui d'être perçu toute sa vie en tant qu'« acteur de Billy Eliott », de mieux le connaître sous l'identité de son personnage que sous son propre patronyme. Dans son cas qui plus est, il y avait de quoi confondre les deux : l'adolescent a lui-même pratiqué la danse à partir de l'âge de six ans.

Jamie Bell a donc longtemps été Billy Eliott de la même manière qu'on parlait de Drew Barrymore comme étant « la petite fille dans E.T » (Steven Spielberg, 1982) ou Christina Ricci « Mercredi de La Famille Adams » (Barry Sonnenfeld, 1992). Et puis elles ont fait d'autres films. Jamie Bell aussi.

Jamie Bell en Tintin

Alors que dans Billy Elliott beaucoup de dialogues ont été post-synchronisés parce que Jamie Bell muait (par conséquent, sa voix aurait manqué de clarté lors des prises), le petit Anglais est devenu grand – et grand acteur. Après cette excellente performance tant dans le jeu de comédien que dans la danse, comment pouvait-il faire mieux et plus marquant ? Eh bien, par exemple, en incarnant Tintin pour Steven Spielberg (Les Aventures de Tintin, le secret de la licorne, 2011).

Autant Billy Eliott était un personnage fictif inventé pour le film éponyme de Stephen Daldry, autant Tintin représente bien sûr l'un des héros de jeunesse les plus célèbres et les plus appréciés – en bande dessiné autant qu'en dessin animé. A partir de là, les choses s'inversent définitivement, Jamie Bell est clairement identifiable : ce n'est plus Billy Eliott incarné par ce jeune acteur gracieux dont il faut se rappeler le nom, mais l'acteur-star Jamie Bell qui endosse le costume de l'intrépide reporter belge à houpette.

Méconnaissable dans Skin

Billy Eliott était un film indépendant qui a connu un succès auprès du public. Cet entre-deux est à l'image de la filmographie de Jamie Bell. L'acteur anglais a certes continué dans de petites productions - L'Autre rive (David Gordon Green, 2005) ; My Name is Hallam Foe (David Mackenzie, 2008) – tout en tournant dans des films grand public, comme King Kong (Peter Jackson, 2005) ou Les 4 Fantastiques (Josh Trank, 2015). 

Mais là où l'on peut parler de grand changement, c'est sous la direction Lars Von Trier : dans le deuxième volet de Nymphomaniac (2014), il est très déstabilisant de voir Jamie Bell en dominateur froid. Dans Skin (Guy Nattiv, 2019), il est encore plus glaçant. Le film s'inspire de la vie de Bryon Widner, membre d'un gang de néo-nazis, soit l'une des personnes qui étaient parmi les plus recherchées par le FBI. Le film rappelle l'excellent American History X (Tony Kaye, 1998). Et rappelle, si besoin était, que Jamie Bell l'est lui aussi, excellent.

Skin, disponible dès le 14/04

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur CANAL+

Suivez CANAL+ Cinéma  sur :

Facebook

Twitter

Instagram