Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

THE DIVISION, un thriller poisseux sur le fléau des enlèvements au Brésil

Posté par Cinéma Canal le 27 juillet 2021
La réputation dangereuse du pays le plus peuplé d’Amérique du Sud ne date pas d’aujourd’hui. Le réalisateur brésilien Vicente Amorim a décidé de placer l’histoire de son nouveau projet dans les années 1990 pour mettre en lumière les problèmes actuels du pays. Long-métrage incontestablement politique, THE DIVISION est aussi et surtout un film d’action sombre et sans concession, qui n’a pas grand-chose à envier à certains de ses illustres prédécesseurs.
Quand Dirty Harry rencontre Les Ripoux

En 1997, Rio de Janeiro n’était pas vraiment une « ville merveilleuse » pour les Brésiliens les plus riches. À cette époque, le nombre d’enlèvements atteignait en effet des sommets dans la métropole, et comme les kidnappings étaient quasiment toujours motivés par une demande de rançon faramineuse, ils visaient très majoritairement les habitants les plus aisés. On raconte que face à l’ampleur du phénomène et à l’inefficacité de la police et du personnel politique de l’époque, ces Brésiliens privilégiés n’osaient même plus sortir de chez eux. Mais cette situation ne pouvait pas durer longtemps, et le film de Vicente Amorim raconte comment le pays a pris des mesures radicales pour mettre fin à ce fléau.

Basé sur des faits réels, THE DIVISION (2020) met donc en scène les nouveaux membres d’une brigade anti-enlèvements, recrutés à dessein dans des milieux très différents, et dont la première mission consiste à libérer la fille d’un sénateur. Pour y parvenir, la division en question peut compter sur des agents aux méthodes iconoclastes (pour ne pas dire controversées) puisque le responsable (Mendonça) est un ancien incorruptible de la brigade des stups, connu pour appliquer sa propre justice (expéditive) et laisser dans son sillage des cadavres de malfrats par dizaines. On lui adjoint les services d’une équipe totalement opposée à ses valeurs, avec des ripoux habitués de leur côté à magouiller avec les voyous. Malgré des différences en apparence insurmontables, ils vont devoir apprendre à travailler ensemble et à se faire confiance, d’autant plus qu’ils sont confrontés à un problème beaucoup plus important que les gangs de kidnappeurs : la corruption des autorités et de la police.

Filmer les favelas

Vicente Amorim a déjà décliné l’intrigue de THE DIVISION dans une série qui a fait un joli carton l'an dernier sur le service de streaming brésilien Globoplay, et où l’on retrouve le même casting (notamment Natália Lage et Marcos Palmeira). Pour filmer les scènes d’action très intenses et sanglantes du film, il s’est rendu avec son équipe dans des favelas tenues par des trafiquants de drogue, avec qui il a dû se mettre d’accord pour tourner sur place. THE DIVISION témoigne par ailleurs d’un profond respect des habitants de ces quartiers délaissés par le pouvoir central du pays, mais il faut dire que le réalisateur s’est aventuré sur un terrain éminemment explosif : deux des films brésiliens les plus connus et filmés dans des favelas n’ont pas échappé à des polémiques plus ou moins importantes à leur sortie.

En 2002, l’esthétique tarantinesque voire clippesque du très acclamé et très violent LA CITÉ DE DIEU (Fernando Meirelles et Kátia Lund, 2002) n’avait pas plu à tout le monde, compte tenu de la dureté sociale qui est au cœur du film. Cela ne l’avait pas empêché d’être présenté à Cannes et de récolter quatre nominations aux Oscars de 2004 (meilleur réalisateur, meilleur scénario adapté, meilleur montage et meilleure photographie). Beaucoup plus controversé encore, TROUPE D’ÉLITE (José Padilha, 2007) a lui aussi été apprécié dans les festivals (Ours d’or à la Berlinale 2008), mais être un vrai phénomène au Brésil – ayant engendré la suite TROUPE D’ÉLITE 2 (José Padilha) – ne lui a été d’aucune utilité en dehors de ses frontières : il a été taillé en pièces par la critique pour sa violence et sa morale certes très discutable. Des reproches que certains feront peut-être à THE DIVISION, mais c’est le propre de ces films qui se lancent à l’assaut de sujets sensibles. Le mieux reste de former vous-même votre opinion.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram