Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

YESTERDAY, l’hommage de Danny Boyle au génie des Beatles

Posté par Alexis Lebrun le 9 août 2021
Dix ans après SLUMDOG MILLIONAIRE (2009), le réalisateur de TRAINSPOTTING (1996) renoue avec l’énergie de la fable grâce à laquelle il a tout raflé au box-office et aux Oscars. Comédie romantique scénarisée par le maître du genre Richard Curtis, YESTERDAY (2019) est surtout une belle déclaration d’amour au mythe des Fab Four.
Paul is dead

Les fans des Beatles connaissent forcément la légende urbaine qui voudrait que Paul McCartney soit mort dans un accident de voiture en 1966, avant d’être remplacé par un sosie. Ils se souviennent peut-être aussi qu’en 2015, la collaboration de Macca avec Kanye West avait déclenché sur les réseaux sociaux des réactions hilarantes – et plus ou moins ironiques – de personnes ignorant le pedigree du membre fondateur des Beatles. Si ces événements vous donnent déjà des palpitations, imaginez un peu un monde sans le groupe de Liverpool et ses dizaines de tubes. Cette idée cauchemardesque sert de base à l’uchronie de YESTERDAY, le dernier film du réalisateur britannique Danny Boyle. Son personnage principal est un jeune musicien inconnu du grand public (Himesh Patel), victime d’un gros accident de vélo causé par une coupure d’électricité mondiale. Quand le malheureux se réveille, il a la chance de ne pas être gravement blessé, mais il semble avoir basculé dans une dimension parallèle où les Beatles n’ont jamais existé. Lui qui n’a jamais rencontré le succès se retrouve soudain le seul à connaître l’œuvre géniale du groupe, ce qui le place face à un terrible dilemme : doit-il réenregistrer les morceaux des Beatles pour les faire connaître au monde et accéder à la célébrité, ou rester dans l’anonymat et répondre enfin aux avances d’Ellie (Lily James), son amie de toujours qui lui sert aussi de manager et qui est la seule à ne jamais avoir cessé de le soutenir dans son parcours de musicien ?

Feel-good movie d’été assumé, YESTERDAY n’est pas qu’une comédie romantique où l’on reconnaît la patte du scénariste Richard Curtis, également réalisateur du très culte LOVE ACTUALLY (2003) et de l’irrésistible comédie rock sur les radios pirates, GOOD MORNING ENGLAND (2009). Le personnage détestable et tristement drôle de manager joué par l’excellente Kate McKinnon permet au film de s’attaquer à l’industrie musicale actuelle et à ses obsessions malsaines, très éloignées de l’époque pourtant pas dorée des Beatles. Mais le cœur battant de YESTERDAY est bien sûr incarné par l’adorable duo formé par Lily James, l’interprète de CENDRILLON dans l'adaptation de Kenneth Branagh sorti en 2015, et Himesh Patel, que l’on a aussi retrouvé récemment en compagnie de l’acteur-réalisateur britannique dans le TENET de Christopher Nolan (2019). Interprète de toutes les chansons des Beatles jouées dans YESTERDAY, Patel s’en sort plus qu'honorablement face au répertoire intimidant du groupe, dont l’utilisation très généreuse – et coûteuse pour la production – est évidemment pour beaucoup dans le plaisir régressif que procure le film.

Beatles et cinéma, une histoire inachevée

Le scénario de YESTERDAY rappellera bien sûr au public français les pitreries de Fabrice Luchini dans JEAN-PHILIPPE (Laurent Tuel, 2006), un drôle de long-métrage dans lequel l’acteur joue un fan hardcore de Johnny qui se réveille dans un monde où Jean-Philippe Smet n’est jamais devenu une star. Dans le genre feel-good movie rock sur un ado dont la vie change grâce à une légende de la musique, MUSIC OF MY LIFE (Gurinder Chadha, 2019), qui met en scène un jeune britannique d’origine pakistanaise, fan de Bruce Springsteen. n’est pas mal du tout aussi.

Et si l’envie vous prend plutôt de regarder un biopic plus traditionnel sur les Fab Four, on ne peut guère citer que NOWHERE BOY (Sam Taylor-Wood, 2009), qui s’intéresse aux jeunes années de John Lennon. En effet, même si la carrière des Beatles a été rythmée par leur apparition dans plusieurs films musicaux plus ou moins regardables, les longs-métrages de fiction qui se risquent à raconter leur histoire sont paradoxalement peu nombreux. C’est ce qui rend si précieux l’hommage de YESTERDAY aux chefs-d’œuvre intemporels et à l’inégalable sens de la mélodie de John, Paul, George et Ringo.

------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toutes les vidéos cinéma, films et émissions sont disponibles sur myCANAL

Suivez Cinéma Canal+ sur :

Facebook

Twitter

Instagram