Fary est l’homme de la semaine dans Clique

Posté par La rédaction de CANAL+ le 18 Novembre 2019
Ce vendredi 15 novembre, Fary était à l’honneur dans Clique. L’humoriste est venu nous présenter le Madame Sarfati, le comedy club dont il est le papa. L’occasion pour lui de nous en dire plus sur ses inspirations et ses intentions avec ce projet. Il est rejoint plus tard par Mademoiselle Agnès, avec qui on parlera de l’impact de la mode sur l’environnement.
L’instant bonne idée : Fary ouvre son comedy club à Paris

Si vous ne connaissez pas encore Fary, il faut se jeter sur ses spectacles. Preuve que l’humoriste fait d’ores et déjà partie intégrante du paysage français, il a joué son spectacle Hexagone à l’Accorhotels Arena, seul sur scène, devant 17.000 personnes en mars dernier. Après ce pari réussi, Fary se lance un nouveau défi : celui de créer son propre comedy club à Paris. Après un séjour à Montréal, un certain comedy club l’a beaucoup inspiré, et l'humoriste a décidé à lancer son propre lieu de spectacles. Son nom ? Le Madame Sarfati, en référence au sketch culte d’Elie Kakou, disparu en 1999. “Quand je suis auprès d’humoristes, je suis un simple spectateur”, explique-t-il sur le plateau de Clique. Le Madame Sarfati, lui, ouvre ses portes le mercredi 27 novembre.

L’instant tendance : Mademoiselle Agnès fait le tri dans La Nouvelle Mode

Après avoir fêté les 35 ans de CANAL+ avec nous au début du mois, Mademoiselle Agnès est revenue sur le plateau de Clique afin de nous présenter La Nouvelle Mode, un documentaire incarné par l’ancienne Miss Météo de Nulle Part Ailleurs, qui revient sur la dernière Fashion Week parisienne. “Ma mission, c'est de dire que les gens de la mode, ce ne sont pas que des connards”, explique-t-elle. Pour cela, un volet de son reportage est notamment consacré à l’environnement. On y apprend que l’industrie textile génère 10% des émissions carbone, 35% des rejets de microplastiques dans les océans et 22% de tous les pesticides utilisés dans le monde. Toutefois, les marques sont de plus en plus nombreuses à engager des procédures pour que cela ne soit plus que de l'histoire ancienne.

L’instant sportif : l’avis de Thomas Meunier sur les cris racistes dans les stades

Quand la Belgique fait des exploits en France, Thomas Meunier en est le parfait exemple. Le joueur évolue au Paris Saint-Germain depuis 2016, et Clique l’a rencontré dans une école au sein du cadre du programme de la Fondation PSG qui aide les enfants défavorisés à travers différentes actions. En face des élèves, Thomas Meunier est transparent et répond à toutes leurs questions. “Il n’y a pas de filtre. Ils vont me dire que je gagne beaucoup d’argent et je leur réponds. C’est ce qu’ils entendent à la maison, c’est ce qu’ils transmettent et ils ne demandent pas si c’est une bonne question”, explique le numéro 12 du PSG. Plus tard dans l’entretien accordé à Karim Bennani, Thomas Meunier est revenu sur le scandale des cris racistes qui ont écumé les stades il y a quelques mois. “Il faut mettre des grosses amendes, des suspensions, des interdictions de stade, déclare-t-il. On ne peut pas généraliser, tous les supporters ne sont pas racistes. On ne peut pas arrêter le match juste pour un type qui fait des cris de singe parce que ça lui donnerait raison”, conclut le joueur. 

L’instant pop culture : quand Walter Benjamin décrivait notre société actuelle en 1935

En ce vendredi, Aurélien Bellanger revient sur les origines de la pop culture en citant un seul nom, celui de Walter Benjamin. Le philosophe a rédigé en 1935 son essai intitulé L'Œuvre d'art à l'époque de sa reproductibilité technique, “l’un des plus gros tubes philosophiques de tous les temps, l’équivalent dans le domaine d’un clip à plusieurs centaines de millions de vues”, décrit le chroniqueur. Celui-ci nous explique que l’on vit dans un monde dont le programme est strictement dicté dans cet ouvrage. “Il propose la première théorie esthétique de l’œuvre envisagée comme divertissement plutôt que comme contemplation”, commente Aurélien Bellanger. Ainsi, qu’il s’agisse de Mickey Mouse ou bien même du Marvel Cinematic Universe, on trouve des similitudes entre notre société actuelle et ce texte vieux de près de 100 ans. 

L’instant Missiou Méteo : Samuel Bambi s'occupe de votre “winter body”

Comme chaque fin de semaine, Samuel Bambi débarque sur le plateau de Clique pour nous présenter la météo du week-end. En total look jaune et casquette vissée sur la tête, il lance tout de suite en arrivant : “C'est la première fois que vous voyez un coach sportif qui ressemble à Nekfeu.” À l’inverse de tous les coachs que l’on peut voir dans la vie réelle, Samuel Bambi propose que l’on se sculpte des winter bodies. Le but ? “Des corps bien gros et bien gras pour ne plus avoir froid l’hiver.” En quoi est-ce que cela consiste ? Tout simplement à faire des squats en piochant dans ses poches pour manger une petite sucrerie. Winter body assuré en très peu de temps ! 

Clique, du lundi au vendredi, à 19H50 en clair sur CANAL+