Patrick Sébastien et Ramzy Bedia mettent l’humain au centre de Clique

Posté par La rédaction de CANAL+ le 21 Novembre 2019
Mercredi 20 novembre, Patrick Sébastien est venu sur le plateau de Clique à l’occasion de la sortie du livre Sans Chaînes (éd. Hugo Doc), dans lequel il accorde une série d’entretiens aux journalistes Marc Dolisi et François Darmigny. L’animateur a rapidement été rejoint par Ramzy Bédia pour le film Terminal Sud dans lequel il tient le premier rôle.
L’instant revanche : Patrick Sébastien rebondit après son licenciement

Patrick Sébastien, animateur emblématique du service public pendant plus de vingt ans, s’est dévoilé comme jamais à Marc Dolisi et François Darmigny, deux journalistes qui l’ont suivi pendant un an, pour le livre Sans Chaînes (éd. Hugo Doc). Sur le plateau de Clique, l’ancien présentateur du Plus Grand Cabaret du Monde est revenu sur les sentiments qu’il éprouve, un an après avoir été licencié. “J’ai eu ce truc-là qui est violent et injuste. Si vous êtes dans la vengeance, vous tombez au niveau de ceux qui vous ont fait ça. Mais il ne faut pas leur ressembler, indique Patrick Sébastien. Moi, je suis dans le contraire, la revanche : se servir du mal qu’on t’a fait pour te faire du bien.” Pour cela, l'animateur foule désormais les planches pour un spectacle qu'il porte en tournée dans toute la France.

L’instant courage : Ramzy Bédia évoque le courage d’un homme pour parler du courage d’un peuple

Un monde dystopique en guerre, c’est le théâtre des événements de Terminal Sud, le film dont est venu nous parler Ramzy Bedia ce mercredi dans Clique. Le long-métrage de Rabah Ameur-Zaïmeche dépeint les mésaventures d’un médecin hospitalier qui veut fuir son pays, mais qui est tiraillé par son sens du devoir. “Quand j’ai reçu le scénario, j’ai lu un film d’action avec un médecin qui galérait, a expliqué le comédien. Plus je le lisais, plus je sentais la douleur qu’il y avait autour de lui. C’est un type qui ne comprend rien à ce qu’il se passe.” Si le long-métrage se déroule dans un pays fictif, il pourrait y avoir des similitudes avec l’Algérie des années 1990 selon Ramzy Bédia. Aujourd’hui, les Algériens sont dans les rues de leur pays pour protester contre la tenue de l’élection présidentielle du mois prochain. “Je suis optimiste pour les Algériens, il faut l’être. C’est un pays qui est jeune et c’est génial de voir que le peuple se soulève”, a déclaré Ramzy Bédia.

L’instant rhétorique de Clément Viktorovitch : le martèlement de Ségolène Royal décortiqué

Après avoir fait l’objet d’une enquête de la cellule investigation de Radio France, Ségolène Royal était l’invitée de France Inter ce mercredi 20 novembre pour y répondre. Durant son entretien avec Léa Salamé, la femme politique a utilisé une pluie de termes disqualifiants :  “diffamatoire”, “faux témoignage”, “délation” ou encore “inquisiteur”. Clément Viktorovitch se sert alors d’une expérience réalisée en 1968 pour décortiquer cette interview. Cette année-là, le psychologue Robert Zajonc démontre que plus nous sommes exposés à un mot, plus il nous paraît familier, et nous y sommes donc plus favorables ; c’est l’effet de simple exposition. Clément Viktorovitch note que Ségolène Royal ne parvient pas à argumenter efficacement, “elle va se contenter de répéter des mots disqualifiants en espérant que la fréquence des attaques suffira à nous les rentrer dans le crâne.” Une stratégie trop appuyée qui devient criante selon notre spécialiste de la rhétorique.

L’instant exclusivité : pluie de bonnes nouvelles pour Ramzy Bédia

Si vous n’avez pas encore de plan pour votre soirée du 9 décembre, on vous conseillerait bien de ne rien prévoir. C’est ce jour-là qu’est proposé le début de la nouvelle saison de Platane, la saison “tree”. Au-delà de ce beau jeu de mots, les aventures d’Eric Judor s’annoncent croustillantes, sept ans après la diffusion de la dernière saison. Présent dans les deux premières salves d’épisodes, Ramzy Bédia sera évidemment de la partie cette année encore, et il n’est pas venu les mains vides dans l’émission puisqu’il a apporté un extrait exclusif de Platane. Alors que les bonnes nouvelles auraient pu s’arrêter là, le comédien nous a également appris qu’il était en plein travail avec Jamel Debbouze et Eric Judor. “On est en train de discuter, on va refaire un film que tous les trois”, a annoncé Ramzy Bédia. 

L’instant Pestacle : Lenny M'bunga fait passer un message d’humanité

Quand le cinéma ouvre des portes sur le monde. C’est ce qu’est parvenu à faire Ladj Ly avec son film Les Misérables, dont il est venu nous parler dans Clique cette semaine. Un long-métrage qui a également inspiré Lenny M'bunga pour son Pestacle. L’humoriste nous a indiqué qu’Emmanuel Macron avait demandé au gouvernement d'améliorer les conditions de vie en banlieue après avoir vu le film. “C’est censé être l’homme le plus au courant de ce qui se passe dans le pays, il a des briefings tous les jours. Mais il a fallu d’une seule soirée DVD pour se dire « Ah, il faut que j’aide la banlieue »”, a lancé l’humoriste sous les rires du public. Juste après, Lenny M'bunga est revenu sur les mots déshumanisants qu’on utilise pour parler des migrants. “L'électricité qu’on a vient de chez eux, le gaz, le pétrole, l’essence qu’on a ici vient de chez eux, le café que tu bois les matins vient de chez eux. Ils ne viennent pas prendre les avantages de la France, ils viennent juste prendre ce qu’on leur a pris”, a conclu Lenny M'bunga. 

Clique, du lundi au vendredi, à 19H50 en clair sur CANAL+