De Validé à Mood : 7 séries ancrées dans l’univers de la musique

Posté par Alexis Lebrun le 17 novembre 2022
Les artistes en herbe le savent, ce n'est pas toujours simple de percer et d'évoluer au sein de l’industrie musicale. Il en est de même dans des milieux plus interlopes où la musique joue également un rôle central. Fort logiquement, ce monde tant fantasmé est évidemment une source d’inspiration inépuisable pour les scénaristes de séries. Voici une petite sélection qui vous fera battre autant le coeur que la mesure.
Mood

L’héroïne de cette série anglaise a de grandes ambitions : elle veut devenir une star de la musique. Et si Sasha – jouée par la créatrice de la série Nicôle Lecky – a une bonne dose de talent, elle trimballe aussi avec elle de gros problèmes, comme son addiction à son ex, des relations tumultueuses avec ses parents qui viennent de la mettre dehors, et une fâcheuse tendance à traîner avec ses dealers plutôt qu’à travailler sur son premier EP.

Pour ne rien arranger, Sasha se laisse convaincre par une influenceuse – qui est en réalité une camgirl – qu’elle devrait d’abord accroître son audience sur les réseaux sociaux avant de sortir ses premiers morceaux. Résultat, voilà que cette Londonienne issue des quartiers populaires se retrouve sur une plateforme digne d’OnlyFans, un engrenage aux lourdes conséquences qu’il devient ensuite difficile d’arrêter.

Au-delà de sa réflexion pertinente sur les nouvelles travailleuses du sexe, Mood peint le portrait d’une génération née avec les réseaux sociaux et raconte sous forme de drame social le passage à l’âge adulte d’une héroïne difficile. Enfin, chaque épisode est surtout réhaussé par un numéro musical réalisé par Nicôle Lecky avec une aisance assez remarquable. Cette série et son autrice sont des révélations.

Mood, disponible en intégralité sur CANAL+.

Validé

L’arrivée de la série de Franck Gastambide a été une déflagration. Cela faisait des années – pour ne pas dire des décennies – que notre pays attendait une série ambitieuse dans l’univers du rap français. Reprenant dans son intrigue tout ce qui fait le sel des embrouilles entre les grandes personnalités du genre, Validé a aussi révélé des talents grâce à son casting, avec les rappeurs Hatik (Apash dans la saison 1) et Laetitia Kerfa (Lalpha dans la saison 2) dans les rôles principaux de jeunes artistes cherchant à percer, mais aussi Saïdou Camara (William) et Brahim Bouhlel (Brahim), les deux acolytes qui ont gagné en importance et en épaisseur au fil des épisodes.

Validé a également réussi à attirer de très nombreuses guest-stars du rap français – dans leur propre rôle ou pas –, mais c’est son scénario dramatique à cliffhangers qui a maintenu le public en haleine, notamment après la conclusion mémorable de la première saison. Et en attendant la sortie d’une hypothétique saison 3, les fans peuvent toujours réécouter la bande originale de la série, où l’on retrouve beaucoup de très gros noms du rap hexagonal.

Validé, saisons 1 et 2 disponibles sur CANAL+.

Pose

La musique est indissociable des défilés et du voguing présents dans cette série emblématique sur la ballroom culture, ce mouvement flamboyant né au sein de la communauté queer afro-américaine et latino dans le New York underground des années 1980.

Située pendant une période très dure qui voit l’émergence du sida et des yuppies fascinés par Donald Trump et Ronald Reagan, Pose met en scène de nombreux personnages transgenres qui trouvent refuge au sein des « maisons », ces familles adoptives comme celle fondée par Blanca (Mj Rodriguez).

Considérée à juste titre comme l’une des meilleures séries des années 2010, Pose a ouvert la brèche pour les actrices transgenres dans les séries, et plusieurs membres queer du casting comme l’excellent Billy Porter sont rentrés dans l’histoire des Emmy Awards en étant nommés et/ou récompensés. Et il n’y a pas que le casting et la musique qui en jettent dans cette série : les costumes, les coiffures et le maquillage sont aussi étourdissants.

Pose, disponible en intégralité sur CANAL+.

Girls5eva

Cette série nous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître : les années 1990 et le triomphe des girls bands. Quelle époque ! Et surtout quelle formidable série que Girls5eva, comédie hilarante sur quatre femmes quarantenaires qui tentent de réaliser un improbable comeback avec leur vieux groupe, vingt ans après leur succès. Si cette série a évidemment des allures de bonbon nostalgique 90’s, elle parvient aussi à aborder intelligemment des questions d’actualité sur la place des femmes dans la société du spectacle à partir d’un certain âge.

Les quatre actrices du casting incarnent merveilleusement ces héroïnes en quête d’un peu d’action : la chanteuse Sara Bareilles se révèle dans le rôle central, et ses trois collègues sont exceptionnellement drôles, avec une mention particulière pour l’inénarrable Paula Pell, avec son personnage de dentiste lesbienne divorcée et vivant avec son père sénile. Bref, Girls5eva est l’une des bonnes surprises de ces dernières années, à tel point que la série a été récupérée par Netflix pour une troisième saison.

Girls5eva, saisons 1 et 2 disponibles sur CANAL+.

Dave

Attention, ovni ! Dans cette comédie beaucoup plus subtile et sombre qu’elle n’en a l’air au premier abord, l’artiste américain Lil Dicky incarne une version romancée de lui-même, c’est-à-dire un jeune rappeur blanc persuadé qu’il va percer et devenir une immense star de la musique. Mais tout le monde n’en est pas convaincu, et le chemin est semé d’embûches, d’autant plus que le garçon est du genre à glander et à ne pas avoir d’inspiration pour écrire.

Série décapante à l’humour parfois trash, Dave sait aussi se montrer sérieuse en évoquant des sujets très actuels comme la masculinité toxique, le privilège blanc et l’appropriation culturelle. Ses réflexions sur le culte de la célébrité sont tristement drôles et justes, et ses personnages secondaires occupent une place importante, à l’image de GaTa, le hype man de Lil Dicky qui souffre de bipolarité, un autre thème grave traité avec beaucoup de brio dans un épisode mémorable de la saison 1. Enfin, si vous aimez les guest-stars, vous serez servis, tant la série multiplie leurs apparitions.

Dave, saisons 1 et 2 disponibles sur CANAL+. 

Le Monde de demain

La production la plus chère de l’histoire de l’histoire d’Arte est la série française dont tout le monde parle depuis quelques semaines. Et pour cause, puisqu’elle revient sur la naissance du hip-hop français au début des années 1980, en racontant notamment les débuts des deux pionniers de NTM, Kool Shen et Joeystarr.

Cette série d’époque très soignée a nécessité de longues années de recherches et de préparation pour coller au mieux à la réalité des faits, et elle retranscrit sans nostalgie mais avec un certain talent cette décennie particulière marquée par de grandes secousses sociales et politiques, comme le tournant de la rigueur de François Mitterrand, et la montée du Front National de Jean-Marie Le Pen.

La bande originale décoiffe, et il y a quelque chose de touchant à voir de jeunes acteurs incarner si bien les débuts hésitants de Bruno Lopes et Didier Morville sur un tapis de breakdance au cœur de la cité. Le sujet était passionnant, la série l’est tout autant.

Le Monde de demain, épisodes 1 à 6 sur Arte, disponible avec CANAL+.

Empire

Pendant six saisons, on a suivi avec délectation les aventures rocambolesques de la famille Lyon dans ce soap totalement assumé et excessif planté dans le monde du hip-hop. Le personnage principal d’Empire est en effet un grand patron qui compte dans le milieu, mais qui doit choisir quelqu’un pour lui succéder car il souffre d’une maladie incurable. Au sein de la famille, les prétendants ne manquent pas.

La mère de ses trois enfants vient tout juste de sortir de prison après 17 ans à l’ombre, et elle en a forcément gros sur la patate. En tant que businessman accompli, Andre, l’aîné de la fratrie, semblerait tout indiqué pour prendre la relève de son père, mais il possède le handicap de ne pas être un artiste, contrairement à ses deux petits frères Hakeem et Jamal.

Le premier est un talent en devenir couvé par son père dont il est le chouchou, tandis que le deuxième est rejeté en raison de son homosexualité. Vous l’avez compris, tous les ingrédients sont réunis pour un soap qui se savoure sans une once de culpabilité, et ce d’autant plus qu’Empire a été une série importante. Diffusée sur la chaîne Fox, son casting essentiellement afro-américain et son univers constituaient une petite révolution pour un soap. Et cette recette a évidemment cartonné auprès du public.

Empire, saisons 1 à 6 sur Disney+, disponible avec CANAL+.