Killing Eve : comment Villanelle est devenue une véritable icône de mode

Posté par Sarra Khemiri le 8 février 2022

Femme caméléon s’adaptant à toutes les situations et toutes les ambiances, la dangereuse héroïne de Killing Eve n’est pas seulement une incroyable tueuse, mais également une redoutable modeuse. En trois saisons, Villanelle s’est imposée comme le personnage le plus fashion de la télévision, offrant ainsi à la série de Phoebe Waller-Bridge froufrous, soie et velours pour contraster avec son humour noir. À l’occasion de l’arrivée de la saison 4 le 28 février prochain sur CANAL+, retour sur l’ascension de la célèbre psychopathe au sein de la planète mode.

Fille au masculin, garçon féminin, contemporaine rétro, bourgeoise populaire ou classique visionnaire, Villanelle est à la fois l’outrance et la discrétion, le vulgaire et l’élégance. Parfois déguisée en une autre, la jeune femme se grime chaque jour en une nouvelle version d’elle-même, souvent avec classe, toujours avec style. Et si son goût prononcé pour la fringue contraste étonnamment avec son rôle de tueuse à gages anonyme et effacée, ses choix de garde-robe sont plein de sens et de symbolique.

Garçon, fille, l’allure stupéfiante

Le poids des vêtements, le choc des assortiments. L’obsession d'Eve n’opte pas pour des tenues au hasard, mais confère du sens à chaque pièce qu’elle porte. A travers ses looks, elle assoit son pouvoir, sa domination, sa force, son indépendance, sa liberté et utilise aussi la mode pour affirmer son orientation sexuelle. Le personnage campé par Jodie Comer aime ainsi les garçons comme les filles et affectionne autant les looks des uns que des autres. 

Qu’elle le porte rétro avec Halpern, en velours avec Chloé, structuré avec Dice Kayek, en queue de pie avec Comme des garçons ou terriblement élégant avec Dries Van Noten, la jeune femme s’épanouit dans le costume. Elle arbore un tailoring de toutes circonstances, qui se plie aussi bien à ses rendez-vous secrets qu’à ses jeux de tueuse.

 

Et si cette dernière ne fait pas dans la dentelle lorsqu’il s’agit de refroidir ses cibles, elle aime s’envelopper d’étoffes délicates et raffinées pour ses petites virées à travers l’Europe. Col lavallière, chemises de soie, incroyable robe en tulle rose Molly Goddard, Villanelle sait aussi rejoindre le côté féminin de la force quand cela lui plaît. Fatale en look boyish, la demoiselle est tout aussi remarquable lorsqu’elle embrasse sa féminité, assumant les ensembles Lanvin et les imprimés à fleurs Vampire’s Wife. De quoi séduire et envoûter ses proies avec fracas.

 

Ambiguë jusqu’au fond des yeux

Cheveux longs, cheveux colorés, chignons sophistiqués ou tresses espiègles, Villanelle ne s’amuse pas qu’avec sa garde-robe. Enchaînant les perruques et les petits accessoires, la jeune femme change aisément de visage, tout en conservant sa petite flamme de malice dans le regard. Des astuces de tueuse, qui servent ici à merveille son statut d’icône fashion. En se transformant radicalement d’un épisode à l’autre, le personnage de Jodie Comer offre aux différents chefs costumiers de la série - Phoebe de Gaye, Charlotte Mitchell et Sam Perry - une grande marge de manœuvre et de quoi laisser leur créativité s’exprimer. 

 

Cela se ressent alors à travers des idées audacieuses, un style singulier et jamais vu auparavant, que l’on pourrait désormais qualifier de « Villanesque ». Monstrueuse veste verte Charlotte Knowles, cape moutarde Loewe, boucles d’oreilles oversize Christian Lacroix, la jolie meurtrière ne cherche pas à passer inaperçue et pourtant, les gens la regardent sans vraiment la voir. Même déguisée en cochonne concupiscente ou en clown pop, l’assassine réussit à s’approcher de ses victimes avec une étonnante facilité. Géniale dans l’excès, sensationnelle dans l’anachronisme, elle détonne partout où elle passe à coup de looks 60s, 70s - particulièrement marqués en saison 3 - ou complètement décalés, mais laisse planer dans son passage une étrange impression de naturel. Jodie Comer porte tout avec la même prestance et fait honneur à chaque vêtement glissé sur sa peau, donnant ainsi une époustouflante leçon d’histoire de la mode aux spectateurs de Killing Eve. Et si elle ose le criard et le sexy ou à l’inverse le conventionnel et le vintage, elle se fout bien des qu’en-dira-t-on, elle est caméléon.

Retrouvez la saison 4 de Killing Eve à partir du 28 février sur CANAL+.