Neuf Mecs : après les meufs, Emma de Caunes interroge la masculinité d’aujourd’hui

Posté par Alexis Lebrun le 14 mars 2022
Un an après la sortie de sa première série en tant que réalisatrice et scénariste, l’actrice française poursuit l’expérience en mettant cette fois en scène neuf portraits d’hommes, « Neuf Mecs », qui illustrent les affres des hommes de l’ère post-#MeToo. Une nouvelle Création Décalée que l’on attend pour le 21 mars sur CANAL+.
Retour à la maison

On ne change pas une formule qui marche. Neuf épisodes de neuf minutes pour nous plonger dans le quotidien de neuf hommes qui habitent le même immeuble et qui traversent la même journée, c’est le programme de Neuf Mecs, qui s’inscrit donc dans la continuité parfaite de Neuf Meufs, d’autant qu’Emma de Caunes et son équipe ont pu retourner dans le même immeuble, où habitent tous les personnages des deux séries.

Conséquence directe, on a le plaisir de retrouver certains d’entre eux, comme Michel (Philippe Katerine), qui après avoir tenté de consoler Camille Rutherford l’an dernier dans un franglais délicieux, se retrouve cette fois à devoir faire du sport à haute intensité avec Gustave (Antoine de Caunes), un ami et voisin qui souffre du syndrome de la page blanche au moment d’écrire son discours pour l’enterrement d’un proche.

Autre personnage secondaire de Neuf Meufs qui se retrouve cette fois au premier plan : Patrick (Yannick Renier), l’écrivain qui finissait par succomber à la technique de drague très particulière de Sylvia (Aïssa Maïga) l’an dernier. Cette fois, Patrick va devoir avouer à ses potes sa tromperie, alors que l’un d’entre eux débarque bouleversé et à l’improviste pour fêter la naissance de son fils.

Visages connus et nouveaux talents

Mais de la même manière que les hommes n’étaient pas absents de Neuf Meufs, les femmes sont aussi essentielles dans Neuf Mecs, qui mêle également comme sa prédécesseuse noms connus et nouveaux talents au casting. En dehors du retour d’Agathe (Jeanne Rosa), l’épouse de Michel qui était sérieusement déconcentrée pendant son entretien en visio, et dont la cheville est cette fois soignée par un ostéo en instance de divorce (joué par Baptiste Lecaplain), on fait par exemple connaissance avec Lucie (Camille Aguilar), une prof d’anglais qui fait tourner la tête d’un adolescent déjà bilingue.

Pascale Arbillot interprète quant à elle une mère choquée d’apprendre que son fils n’est pas gay, tandis qu’Anne Serra s’essaye maladroitement au bondage japonais (Shibari) avec Thomas VDB pour pimenter leur vie sexuelle… Et puis il y a Victor (Arthur Dupont), un guitariste qui a du mal à se remettre de sa rupture avec Valentine (Izïa Higelin), avec qui il continue pourtant de collaborer musicalement.

Des hommes qui doutent

À travers tous ces portraits, Emma de Caunes (accompagnée comme l’an dernier par Diastème à l’écriture) porte un regard tendre et jamais moralisateur sur les grands questionnements qui traversent les hommes de 2022, loin des clichés longtemps véhiculés par la fiction, avec la masculinité traditionnelle – pour ne pas dire toxique – comme seul horizon.

Les personnages masculins de Neuf Mecs sont des êtres sensibles qui doutent et qui expriment plus ou moins maladroitement leurs émotions face à certains grands événements qui marquent l’existence : de la naissance du désir au deuil en passant par les ruptures amoureuses ou les doutes sur l’identité sexuelle.

Comme les épisodes de Neuf Meufs, on pourra déguster les saynètes de Neuf Mecs individuellement, ou dans un ensemble « unitaire » présenté sous la forme d’un film de 90 minutes, avec quelques scènes en plus et une construction différente, qui permettent aux différentes histoires de se croiser de façon cohérente.

Mais quelle que soit la version choisie, on n’a qu’une envie : habiter dans le même immeuble parisien que ces personnages drôles et touchants pour apprendre à mieux les connaître.

Neuf Mecs épisodes 1 à 9, disponibles le 21 mars sur CANAL+. Neuf Meufs est disponible en intégralité sur myCANAL.