Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Neuf Meufs, quand le désir féminin sort du bois

Dans Neuf Meufs, une Création Décalée à voir dès à présent sur CANAL+, les femmes aussi ont une libido débordante. Tant mieux !

Dans la Création Décalée Neuf Meufs, mise en scène par Emma de Caunes, le désir féminin explose sous toutes ses formes, et parfois les plus inattendues.

Dès le premier épisode, l’audacieuse Sylvia, toute en sensualité, interprétée par Aïssa Maïga (ci-dessus), va à rebours des conventions, laissant déborder son envie (et accessoirement, sa baignoire) pour son voisin du dessous.

Et le personnage d’Aïssa Maïga n’est pas le seul, dans cet immeuble parisien où tout se joue. Ses voisines ne sont pas en reste. Il y a celles qui se posent des questions (très pointues) sur la sexualité, comme la fille de Violette (respectivement Nina Blanc-Francard et Mademoiselle Agnès), mettant sa génitrice dans l’embarras avec ses questions toujours plus osées.

Celles qui se laissent gagner par leur libido à des moments tout à fait inopportuns, comme Agathe (Jeanne Rosa) avec son mari (Philippe Katerine). Celles qui désirent encore, malgré le temps, malgré la séparation, comme Framboise (Marie Bunel, ci-dessous).

Celles qui ont besoin du regard de l’autre pour se réapproprier leur corps, à l’image de Yumi (Kaori Ito), qui danse en s’exhibant devant les fenêtres de son salon, fière et bravache.

Vivantes, parfois provocantes, jamais vulgaires, ces « Neuf Meufs » laissent libre cours à leur libido, sans peur du qu’en-dira-t-on. Affirmant, par leurs choix, par leurs goûts, par leur liberté, des positions plus politiques qu’il n’y paraît au premier abord.

Ainsi, Charlie (Camille Rutherford, ci-dessous) ne veut pas d’enfant, dans une société où la non-maternité reste l’un des tabous ultimes.

Aller à contre-courant, là où on ne les attend pas, c’est ce que font la plupart des personnages de la série, sans se mettre de barrières.

Alors que dans la fiction cinématographique, les femmes ont eu historiquement tendance, sous le regard de réalisateurs masculins, à plutôt jouer les beautés passives, à la merci de la concupiscence des hommes, celles de Neuf Meufs ont décidé de prendre les choses en main. De montrer ce qui est souvent caché : une femme qui désire.

À l’écran, à quelques exceptions près, la femme est souvent plus désirable que désirante, « proie » que chasseuse, objet de toutes les convoitises. On la montre volontiers sentimentale, fleur bleue. Les fantasmes torrides ? Ils restent réservés aux hommes…

Une injustice peu à peu réparée avec des personnages comme ceux de Neuf Meufs. Il était temps que cela change.

Neuf Meufs, une Création Décalée de neuf épisodes de 10 minutes, disponible sur CANAL+.