Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Watchmen (OCS) : l’épisode 6 vient-il vraiment de marquer l’histoire ?

Posté par La rédaction de CANAL+ le 6 décembre 2019
Depuis sa sortie sur les ondes, Watchmen a su prouver que la série était vraiment importante pour l’histoire des séries. Certes, mais en quoi l’épisode 6 vient de prouver qu’il y aura un avant et un après ? Explications.

Concrètement, Watchmen est l’adaptation, sans en être totalement une, des comics du même nom. Pourquoi sans en être totalement une ? Car depuis sa diffusion, Watchmen a su se détacher des comics qui l’ont vu naître pour offrir une interprétation quasi-contemporaine de la société américaine tout en abordant divers sujets importants, comme le racisme, principalement. Dans une société américaine où les crimes raciaux font partie intégrante de la vie de tous les jours, la série frappe un grand coup.

Un mélange des genres

Si vous n’avez pas vu l’épisode 6, appelé This Extraordinary Being, laissez-nous vous dire que vous avez probablement loupé quelque chose. Aussi, prenez gare aux quelques spoilers qui pourraient être distillés. L’une des grandes forces de cet épisode réside dans un mélange des genres quasiment inédit dans l’histoire des séries. Tout au long de l’épisode, Damon Lindelof, aux commandes de la série, balade le téléspectateur dans un mélange de présent, passé, couleurs, noir et blanc et aussi de genres sexuels incomparables, qui n’a pour seul but que d’accentuer l’idée omniprésente de discrimination.

Une histoire forte

Cet épisode marque un véritable tournant dans les séries américaines par la justesse du ton employé pour parler de l’un des points noirs de l’Amérique de Trump : le racisme. Si la série s’ouvre sur l’un des massacres raciaux les plus forts du XXe siècle, cet épisode dessine les traits d’un pont qui relie les faits du premier épisode au sien, inscrits dans notre époque contemporaine. Tour de passe-passe ou génie pur et dur, Lindelof arrive à transcrire dans une temporalité un racisme qui n’a pas de fin, ni de frontières.

Un devoir de mémoire

Simplement mentionner des faits n’aurait rien eu d’intéressant d’un point de vue narratif pour Watchmen. Mieux encore, l’équipe derrière la série marque avec cet épisode un véritable devoir de mémoire. D’un point de vue personnel, mais aussi collectif, pour une communauté qui n’a eu de cesse d’être bafouée, torturée et exterminée. Plus donc que de porter les stigmates de sa propre communauté, le personnage de Will Reeves se fait le justicier d’un peuple qui a souffert. Spoiler, il est en réalité le Hooded Justice qui tente de venger les siens des suprémacistes blancs.

C’est indéniable : avec cet épisode 6, Watchmen a frappé et fort. Marquant les consciences d’un véritable tournant dans le traitement du racisme anti-noirs aux Etats-Unis par cette narration sur fond de SCI-FI. S’il ne reste que deux épisodes à la première saison de Watchmen, on sait déjà que la série vient profondément de marquer cette fin d’année 2019.

Retrouvez la saison 1 à l'heure US sur OCS disponible avec CANAL+