Patrice Leconte et Joeystarr reviennent sur l’impact sociétal de leurs œuvres dans Clique

Posté par La rédaction de CANAL+ le 12 Novembre 2019
En ce lundi 11 novembre, Clique recevait Patrice Leconte pour les 40 ans du film Les Bronzés font du ski. Le réalisateur a ensuite été rejoint par Joeystarr, star de NTM actuellement au théâtre pour la pièce Elephant Man. L’occasion pour les deux artistes, dans des domaines différents, de revenir sur leur façon de considérer leur art.
L’instant tout schuss : Les Bronzés font du ski depuis quarante ans

Le film est sorti il y a déjà 40 ans. Les Bronzés font du ski fêtent leur anniversaire à travers un coffret collector dont Patrice Leconte, le réalisateur du cultissime long-métrage, est venu parler sur le plateau de Clique. Loin des comédies françaises où tout se termine bien à la fin, comme le fait remarquer Mouloud Achour, le film a quelque chose de bien différent des films actuels. “Le film est assez méchant, relate Patrice Leconte. Thierry Lhermitte a l’habitude de dire que les personnages sont des abrutis. Je ne crois pas en l’humour gentil, il y a une forme d’acidité, et ils sont capables de jouer des abrutis en se moquant tellement d’eux-mêmes que ça passe.” Si Patrice Leconte devait tourner à nouveau les aventures des Bronzés au ski, il signerait immédiatement et ferait les choses de la même façon, en incluant aussi les répliques de Jean-Claude Dusse, bien évidemment, dont le réalisateur s’inspire encore aujourd’hui dans la vie de tous les jours.

L’instant provocation : quand les badauds s’en prennent à Joeystarr

Deuxième invité de la soirée, Joeystarr est venu sur le plateau de Clique pour évoquer Elephant Man, la pièce dans laquelle il joue au côté de Béatrice Dalle. Mouloud Achour a souligné la provocation permanente à laquelle le rappeur doit faire face lorsqu’il se promène dans la rue. “En même temps, ce n’est pas une contrainte par corde, on a décidé de s’appeler N*que ta mère”, justifie Joeystarr. Selon lui, de nombreuses personnes ne voient en lui qu’un people, et ne connaissent pas son travail artistique. “Plein de gens pensent qu’on est juste en surface. Ils n’affilient pas le caractère social de tout ce qu’on a pu être”, relate Joeystarr. 

L’instant rhétorique de Clément Viktorovitch : on ouvre le manuel de la communication de Kanye West

Il a fait son retour (très attendu) à la fin du mois d’octobre en sortant son album Jesus Is King. Depuis, Kanye West écume les plateaux de télévision en insistant sur le rôle qu’a joué Dieu dans sa vie. Un discours qui a intrigué Clément Viktorovitch, qui a décidé pour nous d’ouvrir le petit manuel de la communication du rappeur. Il nous apprend alors que le chanteur martèle sans cesse son message fort, qu’il répond aux questions qu’il aimerait se voir poser et qu’il garde la maîtrise de la conversation. C’est sur ce dernier point que l’expert en rhétorique veut insister : le rappeur se permet, dans ses interviews, de faire de longues pauses. “On a tendance à sous-estimer l’impact du silence et Kanye West sait parfaitement l’utiliser”, souligne Clément Viktorovitch. Autant de techniques qui peuvent pousser Kanye West à se présenter à l’élection présidentielle de 2024.

L’instant souffle coupé : difficile pour Théo Christine de se glisser dans la peau de Joeystarr

Jeune comédien qui monte, Théo Christine va prochainement apparaître dans le film réalisé par Audrey Estrougo. Intitulé Suprême, le long-métrage retracera les débuts de NTM de 1988 à 1992. Celui qu’on a vu dans SKAM ou encore dans La Dernière Vague va jouer le rôle de Joeystarr, et il se confronte à quelques difficultés. “Ils ont un flow particulier qui est hyper dur à reproduire, il ne faut pas tomber dans la caricature.” Sur le fond plus que sur la forme, Théo Christine fait la comparaison entre les textes des chansons de NTM et le discours des politiques. “Il parle beaucoup mieux qu’eux. Il dit des choses plus vraies et plus sensées, avec des mots qui leur font un peu fermer leur gue*le”, assure le jeune acteur.

L’instant Pestacle de Wary Nichen : ça a changé, Brooklyn

Revenant d’un voyage outre-Atlantique, Wary Nichen a raconté son récent périple à New-York, et plus précisément à Brooklyn. “Ce n'est plus le Brooklyn ghetto des films, ça a été complètement gentrifié. La gentrification, c’est quand des blancs viennent reconquérir des terres jadis perdues, et ils s’intègrent aux communautés locales”, lance l’humoriste. À cause de ce phénomène, Wary Nichen note que les prix augmentent, notamment des cupcakes, spécialité des Etats-Unis, qui se déclinent même… pour les chiens. “Est-ce que t’as un chien testeur qui vient donner son avis ? Le guide Michien qui goûte, et qui dit « non, ça c’est pas wouf-wouf, on va pas garder cette recette » ?”,  rapporte-t-il sous les applaudissements du public. 

Clique, du lundi au vendredi, à 19H50 en clair sur CANAL+