Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

American Crime Story : Impeachment, une nouvelle saison sur l’affaire Lewinsky

Posté par Alexis Lebrun le 22 octobre 2021
Pour sa troisième intrigue, la série d'anthologie de FX s’attaque à l’une des plus grosses crises de l’histoire politique récente des Etats-Unis, l’affaire Monica Lewinsky-Bill Clinton. Produite avec l’implication de la principale intéressée, racontée du point de vue des femmes impliquées et dotée d’un casting aussi prestigieux que méconnaissable, American Crime Story : Impeachment est incontestablement l’un des événements de l'automne des séries.
« Relation inappropriée »

Si les producteurs d’American Crime Story veulent consacrer une saison au « Monicagate » depuis 2016, ce n’est pas un hasard. Plus de vingt ans après les faits, la relation intime entre Bill Clinton et la stagiaire de la Maison Blanche âgée à l’époque de 22 ans conserve une odeur de soufre aux Etats-Unis. C’est cette crise nationale que la troisième saison de l’anthologie American Crime Story se propose de raconter, des débuts de la relation entre Monica Lewinsky et le 42ème président américain en 1995, à la procédure de destitution (impeachment) lancée contre Bill Clinton à la fin de l’année 1998, pour – entre autres – le chef d’accusation gravissime de parjure.

Car le président de l’époque a d’abord démenti publiquement cette histoire, avant d’évoquer une « relation inappropriée » et d’être contredit par des preuves accablantes – puis acquitté par le Sénat. Mais très intelligemment, les scénaristes d’American Crime Story ont fait le choix de ne pas faire de Bill Clinton le personnage principal de cette saison. Les détails scabreux de l’affaire sont mondialement connus, et plutôt que de s’y attarder à nouveau, les dix épisodes vont plutôt revenir sur l’histoire du point de vue de trois femmes directement impliquées.

Monica, Linda et Paula

On le sait, si Bill Clinton a pu terminer son deuxième mandat de président, il n’a jamais vraiment pu se défaire de cette affaire. Mais les conséquences ont été beaucoup plus importantes pour Monica Lewinsky, calomniée par la presse aux Etats-Unis, et dont la vie a été irrémédiablement bouleversée. La série devrait donc raconter sa descente aux enfers, tout en se penchant sur le destin de deux autres femmes centrales dans cette histoire, et beaucoup moins connues chez nous. La première est Linda Tripp, une collègue de Monica Lewinsky qui a enregistré les confessions intimes de cette dernière à son insu, avant de les balancer à la justice, ce qui déclenchera la procédure de destitution à l’encontre de Bill Clinton.

Nettement plus âgée et expérimentée que la jeune stagiaire, elle l’encourage aussi à garder une certaine pièce à conviction témoignant incontestablement de sa relation avec le Président. Enfin, la troisième femme dont le rôle central dans cette affaire est mis en exergue par la série est Paula Jones, celle qui a attaqué Bill Clinton en justice, et dont le procès a aussi directement contribué à lancer l’impeachment du président, en raison des déclarations mensongères faites par ce dernier lors de son témoignage.

Un casting parfois méconnaissable

Sachant qu’ils allaient remuer les très mauvais souvenirs de Monica Lewinsky, les producteurs d’American Crime Story ont été bien inspirés de faire appel à elle pour qu’elle rejoigne le projet et valide chacune des étapes. Celle qui a su triompher de cette histoire en s'érigeant femme d'affaires, millitante, et personalité des médias américains, est donc une productrice à part entière sur cette saison, où elle a visiblement été très impliquée pour s’assurer notamment de la véracité des situations reproduites à l’écran. Avec cette collaboration, elle reprend le contrôle sur cette affaire et fait enfin valoir le point de vue des femmes, alors que le couple Clinton est lui déjà revenu sur cet épisode entre autres dans un documentaire (Hillary, 2020), diffusé l’an dernier sur CANAL+.

Pour les incarner à l’écran, la série a décidé de faire appel à Clive Owen (The Knick) et Edie Falco (Nurse Jackie). Autant prévenir, la transformation physique de l’acteur britannique est stupéfiante, et son travail sur l’accent et la diction caractéristiques de Clinton est également assez fascinant. Que dire aussi de la métamorphose de Sarah Paulson, la chouchoute de Ryan Murphy (American Horror Story) qui est méconnaissable dans le rôle de Linda Tripp. Monica Lewinsky est elle jouée par l’excellente Beanie Feldstein (Lady Bird, Booksmart, What We Do in the Shadows), et l’on retrouve aussi Annaleigh Ashford (Masters of Sex), Margo Martindale (The Americans) ou encore quelques autres têtes qu’on adore comme Colin Hanks (Fargo), Cobie Smulders (How I Met Your Mother), Fred Melamed (A Serious Man) et Kathleen Turner (qu’on ne présente plus). Avec un tel casting, cette troisième saison d’American Crime Story a intérêt à être aussi réussie que les deux premières, en attendant la quatrième dont on sait déjà qu’elle sera consacrée à l’histoire mythique du Studio 54 de New York.

American Crime Story : Impeachment, dès le 28 octobre sur CANAL+