Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

De la chanson à Possessions, Aloïse Sauvage, artiste indomptable

La comédienne est à l’affiche de Possessions, à voir dès maintenant sur CANAL+. Zoom sur une touche-à-tout à l’aise partout.

Qu’on la voie sur la scène des grands festivals, plaisanter avec le public et lui donner des conseils pour « faire des rencontres au camping » avant de lancer son tube « À l’horizontale », ou à l’écran, Aloïse Sauvage irradie.

Pleine de malice, Aloïse Sauvage, artiste multidisciplinaire et indomptable, à 28 ans, est de ces personnalités solaires, à l’énergie communicative, qui fait forte impression partout où elle passe. Notamment au cinéma, qui l’a révélée. En 2017, on la découvre dans le rôle fort de la militante Eva, dans 120 battements par minute de Robin Campillo, qui revient sur les débuts d’Act Up Paris dans les années 1990.

Dans les bruyantes et remuantes assemblées générales, la frêle militante en impose pourtant, arrivant à faire régner l’ordre sans mal avec son débit, sa façon d’occuper l’espace. Sa fraîcheur, son naturel, sa personnalité libre, séduisent.

Il faut dire que la comédienne, très à l’aise, sait se servir de son corps : cette native de Seine-et-Marne, qui n’est pas une enfant de la balle (ses parents travaillent pour l’Éducation nationale), vient tout droit du cirque contemporain.

Grande bosseuse, cette hyperactive qui avoue qu’elle « gesticulait beaucoup » enfant, s’est formée à la prestigieuse académie Fratellini (Saint-Denis), spécialité accro-danse. Et n’a jamais, depuis, cessé de danser (hip-hop, break…). Ni de chanter, ou de jouer de la musique, après avoir commencé par la flûte traversière, à 8 ans.

C’est bien simple : l’artiste touche-à-tout est insatiable et, autant slammeuse et rappeuse qu’actrice, mène toutes ses carrières de front. « J’ai choisi de pas choisir, mais c’est compliqué parce que tout le monde te demande de le faire », confiait-elle à RTL.

Pourtant, elle ne s’éparpille pas, choisissant ses rôles avec soin, de Mal de pierres de Nicole Garcia à Hors normes d’Éric Toledano et Olivier Nakache. Dans lesquels elle se montre souvent canaille, comme dans la série dystopique Trepalium, irrésistible de naturel en adolescente sauvage. Ou dans Les Fauves, de Vincent Mariette, en cousine de Lily-Rose Depp qui rêve de conclure au camping (décidément).

Dans Possessions, elle joue Jessica, la grande sœur un brin révoltée de l’héroïne Nathalie (Nadia Tereszkiewicz), qui n’a pas sa langue dans sa poche, se dresse contre sa mère (Dominique Valadié) et ses lubies, soupire à l’idée de faire de la couture, et n’hésite pas à taquiner le si sérieux Karim (Reda Kateb). Un personnage libre, à son image, qui en appelera certainement d'autres.

Possessions, Création Originale, une série franco-israélienne de 6 épisodes de 52 minutes, disponible maintenant sur CANAL+.