Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Les espions du Bureau des légendes sont-ils des fonctionnaires comme les autres ?

Loin des fantasmes, Le Bureau des légendes (qui revient le 6 avril pour la saison 5 sur CANAL+) montre aussi la vie de bureau, comme le souligne le podcast Espion, une vie sous légende, déjà disponible.

C’est un fait : Le Bureau des légendes a chamboulé la perception de la figure de l’espion dans notre imaginaire collectif. On se les représentait armés et affublés d’une quantité de gadgets, voyageant en sous-marin ? Ou dragueurs et arrogants ?

La série nous les montre au contraire tels qu’on ne les avait jamais imaginés : comme nos voisins de palier, quasiment. Des cadres qui, chaque matin, vont au bureau en tramway. Insoupçonnables et loin de l’image de Hubert Bonisseur de La Bath (alias OSS 117), « athlète » au « visage d'aventurier comme on n'en avait vu qu'au cinéma ».

Plutôt que des aventuriers, nos héros du boulevard Mortier seraient-ils des fonctionnaires qui nous ressemblent ? Pas tout à fait non plus : ils sont quand même surdoués.

« Dans la tradition française, on a affaire à des héros fonctionnaires, des sortes d’Hercule mentaux, décrypte dans le podcast la philosophe Hélène L’Heuillet. Ils sont très forts mentalement : ils apprennent des langues difficiles en six mois, passent l’agrégation de lettres… Il y a ce pouvoir de l’institution qui fait que les sujets sont dévoués. »

Des sujets prêts à sacrifier leur vie privée et à passer leur temps au bureau. Ce qui n’est pas tous les jours palpitant : même si les enjeux sont immenses, « la boîte » reste une administration, avec des femmes et des hommes aux mines préoccupées, derrière un ordinateur toute la journée.

Avec sa cantine, ses réunions interminables, ses pots d’anniversaire, ses supérieurs qu’on ne peut pas voir en peinture…

Sans oublier le travail, qui s’avère forcément fastidieux à un moment ou à un autre.

« C’était l’ambition d’Éric Rochant, dans un premier temps, de créer une série sur le renseignement et l’espionnage qui mettrait l’accent sur la réalité de la bureaucratie du renseignement, et donc du travail de bureau », explique Jean-Pierre Darroussin (Henri Duflot), qui s’y connaît bien, puisqu’il a dirigé ledit bureau.

« Évidemment, ce qui se passe sur quatre saisons dans Le Bureau des légendes, dans la vie réelle, ça leur arrive sur soixante ans. Ils [les agents] s’ennuient beaucoup : c’est un travail bureaucratique très ennuyeux », ajoute Mathieu Amalric (JJA).

Mais ça, on n’en sera jamais vraiment sûrs : nous n’avons pas le droit « d’en connaître », comme on dit à la DGSE.

SUR QUELLE PLATEFORME ÉCOUTER LE PODCAST ? :

🎧 ITUNES : can.al/apple/espion-une-vie-sous-legende
🎧 GOOGLE : can.al/google/espion-une-vie-sous-legende
🎧 SPOTIFY : can.al/spotifiy/espion-une-vie-sous-legende
🎧 myCANAL : can.al/mycanal/espion-une-vie-sous-legende