Aller au menuAller au contenu principalAller à la recherche

Shaïn Boumedine, l'acteur qui a illuminé Mektoub My Love et Les Sauvages

L’interprète du jeune marié dans Les Sauvages, à voir et à revoir sur CANAL+, s’est fait remarquer dans Mektoub My Love d’Abdellatif Kechiche.

Benjamin des Nerrouche dans Les Sauvages, Slim, qui s’apprête à se marier avec Kenza, n’est pas celui qu’on entend le plus. À côté de ses deux frères, l’acteur montant Fouad (Dali Benssalah) et l’inquiétant Nazir (Sofiane Zermani), deux figures qui captent toute l’attention, Slim semble beaucoup plus en retrait.

Influencé par Nazir, il réprime en secret son homosexualité et vit dans une grande solitude… « C’est trop dur », dit-il à son amant, à l’aube de son mariage, « je n’y arriverai pas ».

Dans son précédent rôle, Shaïn Boumedine (qui a aujourd’hui 24 ans) campait aussi un jeune homme à la croisée des chemins. Dans le solaire Mektoub My Love : Canto Uno d’Abdellatif Kechiche, l’acteur débutant interprétait un Amin fiévreux tout en séduction, ex-étudiant en médecine et cinéphile invétéré, évoluant dans l’été 1994 de Sète, entouré de jolies filles.

Déjà une affaire de famille : il était dans l’ombre de son cousin dragueur Tony. C’est ce film, dans lequel il apparaît baigné de lumière, qui a propulsé la carrière du jeune comédien.

Et pourtant, rien n’était joué pour ce Montpelliérain. Sportif (il pratiquait le football et l’athlétisme), le jeune homme, qui n’a pas pu devenir athlète à cause d’une blessure, se voyait bien devenir architecte. La vie en a décidé autrement. Alors qu’un été, il est serveur sur une plage près de Montpellier, l’étudiant en BTS travaux publics accompagne un ami à un casting de figurants.

Plus tard, son téléphone sonne. Surprise : c’est la directrice de casting d’Abdellatif Kechiche… Contre toute attente, Shaïn Boumedine, après plusieurs essais, est choisi pour le premier rôle de Mektoub My Love (il tournera également dans le deuxième volet, Intermezzo).

« J’ai 21 ans et je me lance dans le cinéma », disait le jeune comédien en interview, plein d’entrain, à l’époque. Fan de Scorsese, de De Niro et évidemment des Affranchis, il n’aurait jamais pensé lui-même fouler les marches du Festival de Cannes. « Le cinéma m’a toujours plu, j’ai toujours eu ça en tête, sans jamais franchir le pas. »

Bosseur invétéré, il explique avoir travaillé son personnage jour et nuit, s’intéressant à tout ce qui passionne le mystérieux Amin : photographie, littérature…

Pour avancer, il prend conseil auprès d’une autre actrice révélée par Kechiche : Hafsia Herzi, sa « grande sœur ». Et ça marche. Le naturel de cet acteur solaire et si attachant fait mouche. La presse est dithyrambique.

Abdellatif Kechiche également. « Shaïn Boumédine a une telle présence, il met une telle intensité dans chaque geste, dans chaque regard… Il possède en lui quelque chose de profondément romantique. J’ai pensé au Frédéric Moreau de L’Éducation sentimentale, au Lucien des Illusions perdues », a expliqué le réalisateur.

Mais que l’on se rassure : le jeune acteur n’est pas près de connaître le même destin désenchanté que le héros romantique de Flaubert.

Les Sauvages, Création Originale, à voir sur CANAL+.