C’est l’été : voici 10 séries à rattraper pendant les vacances

Posté par Alexis Lebrun le 16 août 2022
À l’heure où les vagues de canicules s’enchaînent à un rythme effréné, vous avez peut-être envie de passer votre mois d’août à l’abri du soleil et au frais. Cela tombe bien, les bonnes séries ont aussi continué d’affluer sur nos écrans cette année. Nous en avons donc sélectionné dix à rattraper avant la rentrée.
Le Flambeau

À moins de vivre coupé du monde dans une grotte sans connexion Internet, il est peu probable que vous ignoriez l’existence de Marc, le héros irrésistiblement drôle imaginé et incarné par Jonathan Cohen.

On se doit pourtant d’insister encore, car après sa quête mouvementée de l’amour dans La Flamme (CANAL+), en 2020, Marc a fait son retour cette année dans Le Flambeau, parodie désopilante d’une célèbre émission de survie, où un casting français de premier plan est parachuté sur l’île déserte imaginaire de « Chupacabra » pour s’en mettre plein la tronche à coup d’épreuves absurdes, de stratégies sournoises, de répliques assassines déjà culte et bien sûr de votes au suspense bouillant à chaque fin d’émission. Dépaysement et fous rires garantis.

Le Flambeau épisodes 1 à 9, disponibles sur CANAL+.

Infiniti

Si les îles désertes et le sable fin ne sont pas votre tasse de thé, pourquoi ne pas faire carrément le grand saut dans l’espace ? Dans cette série de science-fiction française (une rareté) qui ne manque pas d’ambition, l’ISS et les membres à son bord sont en perdition. Ou pire encore, car le cadavre décapité de l’un d’entre eux a été découvert à proximité du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan.

Pendant qu’un flic rebelle du coin mène l’enquête, une astronaute française jouée par Céline Sallette est choisie pour mener seule une mission de sauvetage périlleuse au sein de la Station spatiale internationale… Série mystique à l’intrigue complexe, Infiniti ne nous fait pas seulement voyager dans l’espace, puisqu’elle est aussi servie par de superbes images des grandes steppes kazakhes.

Infiniti épisodes 1 à 6, disponibles sur CANAL+.

La Guerre des mondes

Puisque l’on évoque l’espace et ses dangers, on ne peut pas ne pas mentionner la passionnante adaptation en série du classique de la science-fiction signé H. G. Wells, et ce d’autant plus que sa troisième saison arrive à la rentrée sur CANAL+. L’excuse idéale pour revoir les deux premières et se délecter à nouveau de la vision post-apocalyptique imaginée par Howard Overman pour les quelques survivants d’une attaque extraterrestre de grande ampleur.

Contrairement au chef-d’œuvre de Steven Spielberg avec Tom Cruise (2005), cette version de La Guerre des mondes fait le pari de filmer la survie de façon intimiste, loin du grand fracas des effets spéciaux les plus spectaculaires. Et ça marche : on s’attache à ces personnages aussi bien écrits qu’interprétés, comme Emily, la jeune aveugle jouée par la star montante Daisy Edgar-Jones (Normal People sur STARZPLAY, Sur ordre de Dieu sur Disney+).

La Guerre des mondes saisons 3, diffusée à partir du 5 septembre sur CANAL+.

Les saisons 1 et 2 sont disponibles en intégralité sur myCANAL.

Yellowjackets

On poursuit dans la thématique de la survie avec celle qui a été la série phénomène de ce début d’année 2022. Et si vous avez la phobie des voyages en avion, ça ne risque pas de s’arranger avec Yellowjackets, dont les héroïnes se crashent au beau milieu d’une forêt perdue au milieu de nulle part. Bien sûr, les personnages pensent d’abord que les secours vont arriver, mais il faut rapidement se rendre à l’évidence : personne ne viendra. Dans ces conditions, comment survivre et manger à sa faim alors que l’hiver approche ? Vous devez bien avoir une petite idée, non ? Indice : le cannibalisme n'est pas un tabou...

Librement inspirée d’un autre classique de la littérature britannique (Sa Majesté des mouches de William Golding), Yellowjackets est une série fascinante sur l’adolescence, le traumatisme et bien sûr la construction sociale de la féminité, puisque ses personnages sont les joueuses d’une équipe de foot. Et seules quelques-unes d’entre elles vont survivre à la jungle, ce qui permet à la série de s’appuyer sur plusieurs temporalités et de multiplier les mystères à résoudre pour les fans, avant une saison 2 que l’on attend de pied ferme.

Yellowjackets épisodes 1 à 10, disponibles sur CANAL+.

Two Summers

Dans le genre jeu de massacre en huis clos à ciel ouvert, cette série belge n’est pas mal non plus. Elle réunit en effet une bande de vieux potes quinquas sur une île déserte privée du sud de la France, où un crime impuni du passé s’apprête à ressurgir. Trente ans plus tôt, plusieurs hommes de la bande alors jeunes adultes ont en effet violé une femme lors de vacances organisées aussi en comité réduit, et ils pensaient s’en être sortis sans avoir à payer pour leurs actes.

Manque de bol pour eux, un maître chanteur est en possession d’une vidéo on ne peut plus compromettante du viol en question, et il menace de la divulguer publiquement. De quoi gâcher quelque peu les vacances de rêve de nos personnages, désormais persuadés que la personne qui leur fait du chantage se trouve parmi eux sur l’île. Appuyée par une jolie photo et un scénario relativement haletant, Two Summers est aussi une série très actuelle, puisqu’elle met en évidence les ravages de la masculinité toxique.

Two Summers épisodes 1 à 6, disponibles sur CANAL+.

Super Pumped

Peut-on dire de Travis Kalanick, le fondateur d’Uber, qu’il est un représentant archétypal de la masculinité toxique ? Assurément, et cette nouvelle série le prouve en revenant sur l’ascension fulgurante – et l’inévitable chute – de ce patron détestable de la Silicon Valley, interprété ici par un Joseph Gordon-Levitt survolté, qui en fait des caisses dans la peau d'un personnage bouffi d’arrogance, qui tyrannise ses salariés, multiplie les coups d’éclat et ne recule devant rien pour imposer sa société dans le monde entier, au mépris des lois qui encadrent la profession de chauffeur de taxi.

Super Pumped ne peut évidemment pas rivaliser avec la noirceur de la référence du genre sur le créateur de Facebook (Mark Zuckerberg), le chef-d’œuvre The Social Network (David Fincher, 2010), mais elle brille en ajoutant à sa charge contre l’uberisation une vraie dimension tragicomique – son montage est aussi punchy que la narration signée Quentin Tarantino lui-même.

Super Pumped épisodes 1 à 7, disponibles sur CANAL+.

This Is Going To Hurt

Autre série tragicomique, et autre grand numéro d’acteur. Dans cette série médicale qui dépoussière sérieusement le genre, l’adorable Ben Whishaw (Q dans James Bond) incarne un chef de clinique obstétricien remplaçant dans un hôpital public britannique qui manque cruellement de moyens. Résultat, le malheureux enchaîne les consultations et les accouchements à un rythme infernal, ce qui a forcément des conséquences très néfastes sur ses patientes et sa propre santé, physique comme mentale.

Le propos de This Is Going To Hurt est malheureusement tristement réaliste, puisque la série est tirée du livre éponyme d’un ancien docteur démissionnaire, Adam Kay. Mais ce dernier injecte à cette adaptation une forte dose d’humour noir à l’anglaise – notamment lorsque les personnages brisent le quatrième mur pour s’adresser directement aux spectateurs –, ce qui lui permet de naviguer toujours avec beaucoup d’aisance sur le fil du rasoir entre comédie et drame.

This Is Going To Hurt épisodes 1 à 7, disponibles sur CANAL+.

Time

Après le portrait peu flatteur mais réaliste de l’hôpital public britannique, que diriez-vous d’une petite visite dans les prisons de nos voisins anglais ? Cette autre remarquable mini-série de la BBC marque la rencontre entre deux très grands acteurs britanniques. Stephen Graham d’abord, dans le rôle d’un gardien de prison réputé pour sa justesse, mais qui vacille lorsqu’un dangereux détenu menace directement la vie de son fils également emprisonné, et Sean Bean, fantastique en vieux briscard paumé dans un univers carcéral ultraviolent qu’il découvre en tant que détenu.

Comme la série précédente le faisait avec le système de santé, Time met en lumière les dysfonctionnements et les moyens insuffisants accordés par les pouvoirs publics britanniques à l’entretien comme à l’encadrement des prisons, et les effets dramatiques que cela peut avoir sur les détenus. En seulement quatre épisodes totalement irrespirables grâce à une écriture au cordeau, Time s’impose tout simplement comme l'une des meilleures séries carcérales depuis longtemps.

Time épisodes 1 à 4, disponibles sur CANAL+.

Starstruck

Eh oui, voilà encore une excellente série de la BBC, mais elle est cette fois l’œuvre d’une jeune Néo-Zélandaise bourrée de talent, Rose Matafeo. Cette dernière y incarne une vingtenaire exilée à Londres, où elle enquille les petits jobs et les coups d'un soir, avant que sa rencontre avec un acteur star (Nikesh Patel, craquant), dont elle ignore d’abord le statut, ne vienne bouleverser sa vie.

Série extrêmement rafraîchissante, Starstruck s’amuse avec les clichés des comédies romantiques britanniques, dont elle renverse constamment les codes pour mieux parler à la génération d’aujourd’hui et à ses préoccupations. Et comme dans toute rom com réussie, le résultat est à la fois mignon et drôle, avec un mélange de loufoquerie et d’absurdité dans l’écriture des situations, qui nous rappelle que Rose Matafeo vient du stand-up, et qu’elle connaît sur le bout des doigts le genre de la comédie romantique et ses excès sucrés, à qui elle rend en définitive un très bel hommage.

Starstruck saisons 1 et 2, disponibles sur CANAL+.

All You Need

Et pour finir, on peut prendre la direction de Berlin pour y découvrir le quotidien de deux anciens colocataires gays, qui s’engagent chacun de leur côté dans leur première relation sérieuse. Le premier en pince pour un coach sportif qui cache un lourd passé, tandis que le deuxième en est lui déjà à la phase de l’installation avec son compagnon, un homme qui vient tout juste de faire son coming out après avoir été marié pendant longtemps à une femme avec qui il a eu un enfant.

Mais bien évidemment, les nuits gays berlinoises regorgent de tentations qui vont mettre les relations de tous ces personnages à rude épreuve… On distingue assez nettement un air de Queer as Folk (CANAL+) dans les déambulations nocturnes des personnages d’All You Need dans la capitale berlinoise, mais cette série allemande porte aussi un regard pertinent sur ce qu’est encore malheureusement la réalité de l’homophobie de nos jours.

All You Need épisodes 1 à 5, disponibles sur CANAL+.