Les séries qu’il ne fallait pas rater en 2022

Posté par La rédaction CANAL+ le 28 décembre 2022
Décidément, la fin de l’âge d’or des séries n’est pas pour aujourd’hui, car l’année qui s’achève a encore accouché de belles réussites et de nombreuses surprises. Avant de découvrir ce que 2023 nous réserve sur le petit écran, voici le bilan de nos séries préférées en 2022.
Le Flambeau

À l’heure où les températures hivernales s’installent, le moment est idéal pour embarquer sur une île déserte avec le casting royal de la nouvelle série parodique de Jonathan Cohen.

Après La Flamme, son personnage de bachelor pas très futé fait son retour dans un jeu d’aventure où tous les coups sont permis pour remporter la somme de 450€. En bonus, Le Flambeau a donné naissance à plusieurs répliques déjà culte.

Désordres

Aussi drôle, mais un poil plus grave, la première série de Florence Foresti a rappelé pourquoi elle est l’humoriste la plus célèbre de France.

Munie d’une bonne dose d’autodérision, celle qui est aussi scénariste et désormais réalisatrice se met en scène dans une version fictive d’elle-même, ce qui donne une série à la fois désopilante et touchante, car Désordres traite aussi de problèmes sérieux et encore tabous comme la dépression.

Marie-Antoinette

Tout a été dit et écrit sur la dernière reine de France, et pourtant, la scénariste Deborah Davis (La Favorite) parvient à proposer une nouvelle vision de l’Archiduchesse d’Autriche, seize ans après le film de Sofia Coppola.

Féministe, cette Marie-Antoinette est incarnée avec beaucoup de fraîcheur par Emilia Schüle, dans une production internationale où le luxe des décors rivalise avec celui des costumes d’époque.

Yellowjackets

En matière de séries féministes, il était difficile cette année de passer à côté de ce nouveau bijou très librement inspiré de Sa Majesté des mouches, dans lequel l’avion des joueuses d’une équipe de foot s’écrase en forêt au milieu de nulle part.

Déjà renouvelée pour une saison 2, Yellowjackets est un phénomène qui n’en finit pas de captiver les adeptes de séries mélangeant survie et mystère.

The Staircase

Si vous préférez les mystères réels, ce true crime adapté de la série documentaire de Jean-Xavier de Lestrade (Soupçons) a impressionné cette année avec son casting hollywoodien.

21 ans après les faits, on ne sait toujours pas si Michael Peterson (Colin Firth) a tué sa femme Kathleen (Toni Collette), mais cette affaire criminelle continue de nous passionner, et la dimension méta de The Staircase sur le tournage du documentaire ne gâche rien.

This Is Going to Hurt

Pour décrire la réalité du système de santé publique britannique (NHS), cette minisérie de la BBC est plus efficace qu’un documentaire.

Elle met en scène Adam (formidable Ben Whishaw), un chef de clinique brillant mais qui lutte quotidiennement pour ne pas être dépassé par les urgences dans un hôpital où les moyens et le personnel manquent terriblement. Drôle et émouvante, This Is Going to Hurt est une des meilleures séries de cette année.

Super Pumped

Autre réalité sociale difficile, celle de l’uberisation de la société. Et quoi de mieux pour comprendre cette révolution économique que de raconter l’histoire de la création de l’application de VTC Uber par Travis Kalanick ?

Interprété par un Joseph Gordon-Levitt déchaîné, ce patron très antipathique de la Silicon Valley inscrit Super Pumped dans la lignée d’un classique du genre, The Social Network.

Tokyo Vice

Après les affres des start-ups de San Francisco, place à la plongée dans le monde yakuzas permise par cette adaptation d’un récit de Jake Adelstein, journaliste à Tokyo dans les années 1990, incarné ici par le jeune Ansel Elgort.

Bénéficiant largement de la présence derrière la caméra du maître du polar néo-noir Michael Mann, Tokyo Vice fascine aussi par sa reconstitution très stylisée de la vie nocturne cachée de la métropole japonaise.

All You Need

Production nettement plus modeste, cette série allemande ne manque pas pour autant d’intérêt, puisqu’elle nous immerge elle dans les nuits trépidantes d’une autre grande capitale : Berlin.

Sorte de réactualisation de la pionnière culte Queer as Folk, All You Need met joliment en scène la vie amoureuse tumultueuse de plusieurs couples gays à l’ère de Grindr, et porte un regard intéressant sur l’homosexualité aujourd’hui.

Halo

Attendue pendant plusieurs décennies, l’adaptation des aventures de Master Chief est arrivée en grande pompe cette année dans une série de science-fiction spectaculaire au budget XXL.

Fidèle à l’univers Halo tout en suivant sa propre chronologie, cette série multiplie les références à la célèbre franchise de jeux vidéo mais reste accessible aux profanes. Bref, elle marche sur un fil, bien aidée par la présence d’un casting de qualité, mené par Pablo Schreiber.

Killing Eve (saison 4)

Les scénaristes le savent bien, réussir la conclusion d’une série est un exercice ô combien périlleux, surtout quand il s’agit d’une œuvre adorée par des hordes de fans comme Killing Eve.

Après quatre saisons de bons et loyaux services, Eve et Villanelle ont fait leurs adieux en 2022, et qu’il est difficile de quitter le duo de personnages féminins le plus marquant des dernières années…

Toutes ces séries sont disponibles en intégralité sur CANAL+